Gaïd Salah: la vigilance constitue “l'un des piliers intrinsèques de réussite”    VISAS FRANÇAIS POUR LES ALGERIENS : VFS Global annonce de nouvelles dispositions    BECHAR : Plus de 2,5 tonnes de kif saisies au sud-ouest    Allô ! Blida ? C'est pour une urgence !    Benyounès, un allié particulier    «Ceux qui consomment plus payeront plus»    La domination de Mercedes se confirme    Le vaisseau amiral se renouvelle    Dame Coupe n'abandonne pas ses caprices    Le DEN/FAN explique sa démission    Le huis clos pour la JS Kabylie et l'ASMO    «Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»    Plusieurs infractions enregistrées en 2018 à Relizane    Un défi difficile à relever à Annaba    Cupcakes aux fruits secs    Jusqu'à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, en compétition au 26e Fespaco    Le mythe démonté    ELECTIONS, HARGA ET LE RESTE    Mostefa Ben Debbagh, l'artiste était modeste    Lutte contre la migration clandestine: le Gouvernement prévoit la création d'une instance nationale    Davos: Messahel s'entretient avec le chef du Gouvernement tunisien Youssef Chahed    L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Lavrov aujourd'hui à Alger    Assises du tourisme: gestion et organisation pour booster le secteur    Organisée par la SDA de Belouizdad : Une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone    Protestation au Soudan : Pourquoi Omar El Béchir n'est pas inquiété    Aïn Assel: Un ouvrier écrasé par un compacteur    L'autre inflation    En perspective des JM 2021: Vaste opération de réhabilitation du CREPS d'Aïn El Turck    Mouwatana: «Le pouvoir tentera, encore une fois, de se maintenir »    Relizane: Campagne pour la déclaration des travailleurs étrangers    Plus de 220 athlètes présents au rendez-vous d'Alger    WOB - GSP programmé le 29 janvier    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    L'arbre qui cache la forêt    Quand la mémoire fait défaut    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Abdelkader Secteur tête d'affiche    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Japon : Le risque de récession en 2019 s'accentue    Sonatrach : Coopération algéro-chinoise pour l'extension du port pétrolier de Skikda    Rsf se félicite de la décision de la cour surpême    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    Aucune preuve de l'implication des Russes dans le crash du MH17    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 12 - 2018

«La caisse nationale des assurances sociales (CNAS) a payé ses dettes relatives aux soins en France il y a environ quatre ans», a informé, hier, son directeur général adjoint, Mahieddine Ouagnouni.
Lors de son passage à une émission télévisée, le même responsable a indiqué que toutes les dettes algériennes des soins à l'étranger ont été payées depuis quatre ans, et notamment celles cumulées auprès des hôpitaux français. Il a, également saisi l'occasion d'expliquer que les dettes évoquées par la France, sont celles qui concernent les patients algériens qui ne sont pas affiliés à la CNAS. Il a révélé qu'il existe un comité mixte chargé de veiller à ce qu'il n'y ait pas de dette dans ce contexte, précisant que toutes les factures émises par l'Algérie ont été prises en compte. M. Ouagnouni a, dans ce sillage, donné des éclaircissements aux sujet de l'accès aux soins à l'étranger. «Sauf les assurés sociaux, et les démunis qui ouvrent droit à ces soins», a-t-il démontré, tout en précisant que ce protocole ne concerne que les soins qui ne peuvent pas être dispensés en Algérie, et ces soins doivent faire l'objet d'une demande préalable d'autorisation de prise en charge par la CNAS algérienne».
Le dg adjoint a rappelé dans ce contexte, que ce protocole annexé à la convention générale entre l'Algérie et la France en matière de soins, signé le 17 novembre dernier, par le Président de la République, vise justement à mettre un terme au procédé malhonnête dont usent certains patients. Il convient de rappeler que l'Ambassade de France avait donné dans un communiqué rendu public les détails et les conditions des soins à l'étranger. Ce protocole «ne signifie nullement que les soins en France sont dorénavant gratuits pour les Algériens». La France et l'Algérie «ont signé en avril 2016 à Alger un protocole annexe à la convention générale sur la sécurité sociale, relatif aux soins de santé programmés dispensés en France, aux ressortissants algériens assurés sociaux et démunis non-assurés sociaux résidant en Algérie», selon la même source.
Ce protocole, a-t-on ajouté, «a été ratifié par décret du président de la République algérienne démocratique et populaire le 17 novembre 2018». Selon l'Ambassade de France à Alger, ce protocole «entrera en vigueur une fois le processus de ratification terminé». Sur les dispositions de cet accord, le document note qu'il «établit un cadre administratif unifié et fiable pour l'organisation et la prise en charge par la CNAS algérienne des soins prodigués à des Algériens». Ceci, «ne concerne que les soins qui ne peuvent être dispensés en Algérie», a-t-on tenu à affirmer. Plus en détails, «ces soins doivent faire l'objet d'une demande préalable d'autorisation de prise en charge par la CNAS algérienne».
Cette dernière, selon l'Ambassade de France «procède à une évaluation financière (devis) des soins programmés par les patients algériens dans les établissements français». Par la suite, «la CNAS délivre une attestation de droit aux soins programmés». Les patients algériens «peuvent ensuite bénéficier de l'accès aux prestations en nature de l'assurance maladie française», a expliqué l'Ambassadeur. Pour faciliter la tâche, «les bénéficiaires de cette prise en charge se voient délivrer rapidement des visas pour soins». Néanmoins, il y a des critères à préciser : «Ce protocole ne signifie nullement que les soins en France sont dorénavant gratuits pour les Algériens».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.