RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 12 - 2018

«La caisse nationale des assurances sociales (CNAS) a payé ses dettes relatives aux soins en France il y a environ quatre ans», a informé, hier, son directeur général adjoint, Mahieddine Ouagnouni.
Lors de son passage à une émission télévisée, le même responsable a indiqué que toutes les dettes algériennes des soins à l'étranger ont été payées depuis quatre ans, et notamment celles cumulées auprès des hôpitaux français. Il a, également saisi l'occasion d'expliquer que les dettes évoquées par la France, sont celles qui concernent les patients algériens qui ne sont pas affiliés à la CNAS. Il a révélé qu'il existe un comité mixte chargé de veiller à ce qu'il n'y ait pas de dette dans ce contexte, précisant que toutes les factures émises par l'Algérie ont été prises en compte. M. Ouagnouni a, dans ce sillage, donné des éclaircissements aux sujet de l'accès aux soins à l'étranger. «Sauf les assurés sociaux, et les démunis qui ouvrent droit à ces soins», a-t-il démontré, tout en précisant que ce protocole ne concerne que les soins qui ne peuvent pas être dispensés en Algérie, et ces soins doivent faire l'objet d'une demande préalable d'autorisation de prise en charge par la CNAS algérienne».
Le dg adjoint a rappelé dans ce contexte, que ce protocole annexé à la convention générale entre l'Algérie et la France en matière de soins, signé le 17 novembre dernier, par le Président de la République, vise justement à mettre un terme au procédé malhonnête dont usent certains patients. Il convient de rappeler que l'Ambassade de France avait donné dans un communiqué rendu public les détails et les conditions des soins à l'étranger. Ce protocole «ne signifie nullement que les soins en France sont dorénavant gratuits pour les Algériens». La France et l'Algérie «ont signé en avril 2016 à Alger un protocole annexe à la convention générale sur la sécurité sociale, relatif aux soins de santé programmés dispensés en France, aux ressortissants algériens assurés sociaux et démunis non-assurés sociaux résidant en Algérie», selon la même source.
Ce protocole, a-t-on ajouté, «a été ratifié par décret du président de la République algérienne démocratique et populaire le 17 novembre 2018». Selon l'Ambassade de France à Alger, ce protocole «entrera en vigueur une fois le processus de ratification terminé». Sur les dispositions de cet accord, le document note qu'il «établit un cadre administratif unifié et fiable pour l'organisation et la prise en charge par la CNAS algérienne des soins prodigués à des Algériens». Ceci, «ne concerne que les soins qui ne peuvent être dispensés en Algérie», a-t-on tenu à affirmer. Plus en détails, «ces soins doivent faire l'objet d'une demande préalable d'autorisation de prise en charge par la CNAS algérienne».
Cette dernière, selon l'Ambassade de France «procède à une évaluation financière (devis) des soins programmés par les patients algériens dans les établissements français». Par la suite, «la CNAS délivre une attestation de droit aux soins programmés». Les patients algériens «peuvent ensuite bénéficier de l'accès aux prestations en nature de l'assurance maladie française», a expliqué l'Ambassadeur. Pour faciliter la tâche, «les bénéficiaires de cette prise en charge se voient délivrer rapidement des visas pour soins». Néanmoins, il y a des critères à préciser : «Ce protocole ne signifie nullement que les soins en France sont dorénavant gratuits pour les Algériens».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.