Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 12 - 2018

«La caisse nationale des assurances sociales (CNAS) a payé ses dettes relatives aux soins en France il y a environ quatre ans», a informé, hier, son directeur général adjoint, Mahieddine Ouagnouni.
Lors de son passage à une émission télévisée, le même responsable a indiqué que toutes les dettes algériennes des soins à l'étranger ont été payées depuis quatre ans, et notamment celles cumulées auprès des hôpitaux français. Il a, également saisi l'occasion d'expliquer que les dettes évoquées par la France, sont celles qui concernent les patients algériens qui ne sont pas affiliés à la CNAS. Il a révélé qu'il existe un comité mixte chargé de veiller à ce qu'il n'y ait pas de dette dans ce contexte, précisant que toutes les factures émises par l'Algérie ont été prises en compte. M. Ouagnouni a, dans ce sillage, donné des éclaircissements aux sujet de l'accès aux soins à l'étranger. «Sauf les assurés sociaux, et les démunis qui ouvrent droit à ces soins», a-t-il démontré, tout en précisant que ce protocole ne concerne que les soins qui ne peuvent pas être dispensés en Algérie, et ces soins doivent faire l'objet d'une demande préalable d'autorisation de prise en charge par la CNAS algérienne».
Le dg adjoint a rappelé dans ce contexte, que ce protocole annexé à la convention générale entre l'Algérie et la France en matière de soins, signé le 17 novembre dernier, par le Président de la République, vise justement à mettre un terme au procédé malhonnête dont usent certains patients. Il convient de rappeler que l'Ambassade de France avait donné dans un communiqué rendu public les détails et les conditions des soins à l'étranger. Ce protocole «ne signifie nullement que les soins en France sont dorénavant gratuits pour les Algériens». La France et l'Algérie «ont signé en avril 2016 à Alger un protocole annexe à la convention générale sur la sécurité sociale, relatif aux soins de santé programmés dispensés en France, aux ressortissants algériens assurés sociaux et démunis non-assurés sociaux résidant en Algérie», selon la même source.
Ce protocole, a-t-on ajouté, «a été ratifié par décret du président de la République algérienne démocratique et populaire le 17 novembre 2018». Selon l'Ambassade de France à Alger, ce protocole «entrera en vigueur une fois le processus de ratification terminé». Sur les dispositions de cet accord, le document note qu'il «établit un cadre administratif unifié et fiable pour l'organisation et la prise en charge par la CNAS algérienne des soins prodigués à des Algériens». Ceci, «ne concerne que les soins qui ne peuvent être dispensés en Algérie», a-t-on tenu à affirmer. Plus en détails, «ces soins doivent faire l'objet d'une demande préalable d'autorisation de prise en charge par la CNAS algérienne».
Cette dernière, selon l'Ambassade de France «procède à une évaluation financière (devis) des soins programmés par les patients algériens dans les établissements français». Par la suite, «la CNAS délivre une attestation de droit aux soins programmés». Les patients algériens «peuvent ensuite bénéficier de l'accès aux prestations en nature de l'assurance maladie française», a expliqué l'Ambassadeur. Pour faciliter la tâche, «les bénéficiaires de cette prise en charge se voient délivrer rapidement des visas pour soins». Néanmoins, il y a des critères à préciser : «Ce protocole ne signifie nullement que les soins en France sont dorénavant gratuits pour les Algériens».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.