Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UFDS de Nourredine Bahbouh s'oppose à l'intervention de l'Armée
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 03 - 2019

Le président de l'Union des forces démocratiques et sociales (UFDS) Noureddine Bahbouh s'est opposé, hier lundi à Alger, à l'intervention de l'Armée nationale populaire (ANP) en vue de précipiter le départ du Président Bouteflika, une des revendications du mouvement populaire, pacifique, enclenché depuis le 22 février dernier pour revendiquer un changement radical du système politique, s'opposer pour le cinquième mandat, puis le prolongement du quatrième et, tout bonnement et contre le régime d'Abdelaziz Bouteflika.
«Nous sommes contre tout coup d'Etat», a-t-il indiqué. S'exprimant sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale dont il était l'invité de la rédaction, Nourreddine Bahbouh s'est dit également opposé à toute ingérence de l'ANP dans l'action politique. «Nous attendons de l'institution militaire qu'elle assume sa mission constitutionnelle de garantir la continuité de l'Etat», a-t-il observé. Interrogé sur le rejet de tous les partis politiques par la rue durant les grandioses manifestations pacifiques du mouvement populaire, le président de l'UFDS a estimé que seules les urnes sont à même de décider, à l'avenir, de la représentativité. Pour autant dit, que les élections soient transparentes et gérées par une instance autonome.
Pour ce qui est de son plan de sortie de crise, Nourreddine Bahbouh suggère une période de transition au-delà du terme du mandat actuel du Président Bouteflika qui s'achève le 28 avril prochain. Devant déboucher, a-t-il observé encore, sur l'annonce d'une nouvelle République. «L'avènement de celle-ci devrait être préalablement marqué par le rejet, à l'APN et au Sénat, des partis arrivés par la fraude qui, à ses yeux, ont constitué l'ossature du pouvoir installé à la tête du pays depuis vingt ans», a-t-il poursuivi.
Il appartient, a-t-il poursuivi, à la composante de l'organisme appelé à gérer la transition politique, durant une période de six mois, au maximum, de nommer un gouvernement de technocrates avec pour mission fondamentale, observe-t-il encore, la préparation des élections présidentielles. «Cela fait plus d'un mois déjà que le peuple est dans la rue et que ses revendications montent crescendo. Il faudrait donc que la classe politique assume ses responsabilités et que l'on revienne rapidement à la légitimité», dit-il encore.
Au départ, le mouvement populaire pacifique enclenché depuis le 22 février dernier revendiquait un changement radical du système politique, s'était opposé pour le cinquième mandat, puis le prolongement du quatrième et, tout bonnement, contre le régime d'Abdelaziz Bouteflika. Le président de l'UFDS a, par ailleurs, exprimé son inquiétude face à «l'arrêt» des activités économiques, notamment. «Faute de la nomination d'un gouvernement, des ministères sont à l'arrêt, parce qu'il n'y a personne qui décide», a encore ajouté le président de l'UFDS, Nourredine Bahbouh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.