Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Coronavirus : 94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    Report du jugement et proposition de procès à distance    Pétrole : le prix du panier des bruts de l'OPEP à 21,19 dollars    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    Situation des prisonniers sahraouis dans les geôles marocaines : Le Front Polisario alerte Human Rights Watch    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Le permafrost, un milieu peu connu    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    ONU: Réunion jeudi du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 04 - 2019

Le chef du gouvernement de concorde nationale, est déçu par la position de la France concernant l'attaque lancée par le maréchal Haftar contre Tripoli.
« Nous sommes satisfaits de la condamnation de l'attaque de Tripoli exprimée par certains pays, souligne-t-il. Mais la condamnation en elle-même n'est pas suffisante. Elle doit être accompagnée d'actions concrètes. » Parmi ces mesures, M. Sarraj appelle à un « cessez-le-feu immédiat et au retour de toutes les forces à leurs positions initiales ». « La communauté internationale devrait prendre une position claire, ajoute-t-il. Malheureusement, nous notons que certains pays sont hésitants à nommer cette attaque pour ce qu'elle est. », dit-il, cité par le journal Le Monde. Parmi les motifs de déception figure aux yeux de M. Sarraj la position de la France, dénoncée à Tripoli comme trop favorable au maréchal Haftar. Paris a fourni depuis 2016 un soutien technique à M. Haftar, relevant du contreterrorisme, mais son impact sur la montée en puissance ultérieure du patron de l'ANL, notamment dans son ambition de conquérir la capitale, a été perçu par le camp anti-Haftar comme un appui politique plus large. La France « reconnaît le gouvernement d'accord national de Tripoli », soutenu par la communauté internationale, dit le chef du gouvernement de concorde nationale et note que Paris « fournit également un soutien à M. Haftar, avec d'autres pays ». « Le soutien non proportionné de la France à M. Haftar est ce qui l'a décidé à passer à l'action et à sortir du processus politique », soutient M. Sarraj qui précise avoir « mentionné » ce soutien apporté par la France à Emmanuel Macron. Les forces loyales au gouvernement de concorde nationale ont mené une attaque contre les troupes du maréchal Khalifa Haftar aux portes de la capitale Tripoli, cible de bombardements aériens nocturnes. Le 4 avril, l'Armée nationale libyenne (ANL) de M. Haftar, l'homme fort de l'Est, a lancé une offensive contre le GNA de Fayez al-Sarraj, seul gouvernement reconnu par la communauté internationale. Depuis, l'ANL fait face à une résistance farouche des forces du gouvernement. Les combats, concentrés dans la banlieue sud de Tripoli, ont fait au moins 227 morts et 1.128 blessés, dont des civils, et poussé à la fuite quelque 30.000 déplacés, d'après l'ONU. Le maréchal Haftar est soutenu par le président américain, avait dit, il y a quelques jours, Washington qui qualifié Haftar de responsable qui lutte contre le terrorisme.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.