Gaïd Salah appelle à une véritable mobilisation nationale    Bengrina s'en prend à l'opposition    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Les étudiants des hydrocarbures réclament des emplois    Il y a tromperie sur la marchandise    La Palestine refuse toute médiation américaine    Tractations tous azimuts pour la formation du gouvernement    Des partisans du président agressent des opposants    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    La 15e journée aura lieu le 18 décembre    Ce que prévoit le projet de révision des statuts de la FAF    Velud a testé les jeunes joueurs    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Mihoubi: la campagne électorale est "largement suivie"    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Colonies israéliennes en Palestine: réunion lundi à la Ligue arabe    Se disputer avec soi-même    Football - Ligue 2: L'OMA piégé à domicile, l'ASMO dompte le leader    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Handball - Division Excellence: Belle opportunité pour l'ESA et le MCOT    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    8 individus arrêtés à Relizane et à Ghardaïa    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Algériens fidèle à leur cause
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 05 - 2019

Les manifestations contre les symboles du pouvoir continuent encore une fois pour le douzième vendredi consécutif. Les Algériens sont revenus pour le premier vendredi du mois de ramadhan dans les rues de la capitale Alger et dans plusieurs autres régions du pays pour exiger le départ de Abdelkader Bensalah. Ils ont bravé la chaleur et le jeûne pour affirmer leur détermination et réitérer leur revendication appelant à la rupture définitive avec le pouvoir en place, contesté depuis le 22 février, comme revendications principale constituante.
Après les dernières attestations à la chaîne des hommes d'affaires et politiques par la machine judiciaire qui depuis un mois trime sans interruption, parfois dans l'opacité totales sans apporter de solution à la crise politique qui range le pays depuis plus de deux mois, les manifestants ont renouvelé leur promesse de poursuivre la lutte jusqu'au départ des tenants du pouvoir. La sortie de vendredi 10 mai affirmé l'attachement indéfectible des Algériens à leur liberté. Une masse collective s'est tôt le matin réunie au niveau de la Grande Poste, des affiches nuancées entre messages rendant hommage aux martyrs des évènements du 8mai 1945 et d'autres habituels à la situation actuelle du pays. Hommes et femmes étaient présents sur place ont observé une minute du silence à la mémoire des révolutionnaires algériens décimés par le colon français. « Leur combat nous inspire aujourd'hui pour aller jusqu'au bout pour libérer l'Algérie du terrorisme politique sont nous sommes victimes », nous indique Assil, qui fredonnait des chants patriotiques et hissait le drapeau national dans les aires que le vent faisait flotter dans tous les sens. Pour cette nouvelle journée de protestation sous le signe « Libérer le pays des truands et des détracteurs de la démocratie », la femme algérienne fidèle à ce rendez-vous hebdomadaire, semble manquer au nombre habituel de la foule. Une absence justifiée par le ramadan. Bien que le nombre de manifestants a diminué, mais la détermination est maintenue, la pression également. 14h00, après la prière du vendredi, les algérois rejoignent le lieu de la manifestation ou s'étaient réunis des centaines de manifestants, arrivés la veille à Alger, réclamant le départ immédiat du chef d'Etat Abdelkader Bensalah ainsi que le gouvernement constitué par Bedoui, largement contesté par le peuple. La mobilisation populaire ramadanesque a surpris certains esprits qui s'attendait à l'essoufflement du mouvement avec l'avènement du mois sacré et la hausse des températures. La rue a démontré le contraire et témoigne du degré de la persévérance et de la ténacité de l'Algérien. C'est loin des slogans brandi le matin par une manifestante qui appelle ses compatriotes à « être patient et persévérer afin d'arracher la victoire et se libérer des jougs de ce pouvoir ». C'est ce qu'ça écrit Faiza, militante indépendante pour les droits de l'homme. En dépit des blocages et des pressions policières les protestataires n'ont pas cédé. « Leur présence nous rassure ironise» , Kamel, argent d'administration à la retraite. « Vaut mieux en rire que s'énerver », ajouta-t-il. Peu à peu et sous un soleil de plomb, les manifestants tentent d'emprunter leur itinéraire habituel allant de la rue Didouche Mourad passant par le boulevard Amirouche et contourner le tunnel des facultés, fermé par la police. A l'approche des élections présidentielles, prévues le 4 juillet prochain, les manifestants semblent plus inquiets et déconcertés, notamment avec la succession des évènements ces derniers jours et la publication par la presse des dossiers édifiant sur la mauvaise gestion des dépenses publiques et la dilapidation des deniers publics. « Un mal profond range le pays, il faut l'extraire et l'excommunier avant qu'il nous consume », répliqua Me H. Rahim, juriste. 16h00 à quelques heures de la rupture du jeûne, la police tente de disperser les quelque centaines de personnes en colère qui s'étaient rassemblées à Alger centre. En plus d'exiger un changement radical du système politique en place, les manifestations ont protesté, en ce mois de piété, contre la vie chère. Des cris de détresse du citoyen algérien ont éclaté en cette douzième journée de contestation, démontant l'ampleur de la crise et du mal être des Algériens. « Il y a du chemin à faire, l'Etat a façonné l'algérien à sa façon. Tous victimes et tous coupables », balance Hadj Wali, appelant à l'assainissement au même temps que le pouvoir de la société algérienne. Après l'appel à la prière d'El asra, les gens commençaient à se disperser, avec la ferme conviction de sortir s'il le faut tous les soir durant ce mois. Une journée qui s'est achevée dans le calme et la sérénité. Ils se sont donné rendez-vous pour un iftar collectif, organisé en l'honneur des manifestants.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.