Le fusil et le burnous    Conseil des ministres: L'Etat paiera plus cher les céréales aux agriculteurs    Spéculation sur les marchandises: La loi dans toute sa rigueur    Convention entre l'USTOMB et le port d'Arzew (EPA): Don d'un bateau-pilote pour la formation des étudiants en Génie maritime    L'indépendance, rien que l'indépendance    Groupe E : Algérie 0 Guinée équatoriale 1 - Amère déconvenue    Groupe A: Cap Vert-Cameroun, aujourd'hui à 17h00: Les «Requins Bleus» vont attaquer    Groupe A: Burkina Faso-Ethiopie, aujourd'hui à 17h00: Les «Etalons» sur du velours    Bechar: Quatre morts dans une collision    Education: Suivi mitigé de la grève des contractuels    Covid-19: Le dispositif de protection reconduit pour 10 jours    La leçon des échecs    De Mistura visite plusieurs infrastructures et établissements sahraouis    Les coopératives oléicoles en gestation    Le spectre du stress hydrique plane    Le piège de la règle du «moins disant»    Prémices d'un tournoi raté    Haaland met le feu à la maison    Le derby de Séville suspendu    4 personnes devant la justice    De mal en pis    Décès à Bamako de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta    68 élèves contaminés et 3 lycées fermés    Saidal affiche ses ambitions    La récolte du nouveau maïs jaune lancée    Tamazight pour tout le monde    La pièce «Vers l'espoir» éblouit le public    Premier film local en langue amazighe    Le gouvernement portera plainte contre les sanctions imposées par la Cédéao    Accidents de la circulation 12 morts et 254 blessés au cours des dernières 48 heures    Prévenir pour éviter toute mesure de fermeture des établissements    La Safex prévoit l'organisation de 40 manifestations économiques    L'ambassade des Etats-Unis à Alger s'en félicite    L'Ambassadeur algérien reprend ses fonctions    Le HBCL remporte un duel décisif pour le maintien, l'ESS rate le coche à Alger    Des prestations artistiques en clôture des célébrations    Levée d'obstacles sur 679 projets d'investissements sur un total de 877 projets    Exercice du droit syndical: nécessité de s'éloigner définitivement des pratiques politiciennes et du lien organique syndicats-partis    Décès d'Ibrahim Boubacar Keïta: le Président Tebboune présente ses condoléances    "Le multipartisme est visé"    L'examen du projet de loi portant découpage judiciaire au menu    L'explosion d'une bombe artisanale fait 3 blessés    CAN 2021 : Dernière séance d'entrainement pour les Verts avant le match face à la Guinée Equatoriale    Le FLN manquerait une dizaine de wilayas    Sortie du premier volume de la collection Femmes dans l'histoire de l'Algérie    Sisyphe et nous    La sécurisation juridique des musées et collections en question    L'épineux chemin vers Evian éclairé par Olivier Long    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La situation des SDF inquiète la société civile à Khenchela
A l'approche de la période hivernale
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 10 - 2021


Les jours se suivent et se ressemblent pour les sans domicile fixe (SDF) dans la wilaya de Khenchela. Les mêmes personnes qui étaient dans la rue, il y a plusieurs années, continuent à dormir à la belle étoile sans qu'aucune solution ne leur soit trouvée par les autorités concernées. Cet état de fait inquiète énormément les dirigeants de la société civile qui par nos biais interpellent le wali de la wilaya d'user de son autorité afin que ces êtres humains soient pris en charge. Cette catégorie de personne souffre en été mais arrive à résister à la chaleur, et ce même si ces personnes ne trouvent pas un « toit » pour se mettre à l'abri du soleil et des agressions. Ce n'est pas le cas pour l'hiver où les pauvres hommes, femmes et enfants risquent leurs vies en raison des pluies diluviennes, les chutes de neiges et le froid glacial. Le rude climat des Aurès n'est pas le seul problème des sans domicile fixe dans la wilaya de Khenchela. Ces pauvres malheureux affrontent le mauvais temps, les agressions physiques des délinquants et les méfaits des individus sous l'emprise de l'alcool ou des stupéfiants. Même les malades mentaux qui vivent dans la rue n'ont pas échappé aux agressions, certains ont même été tués. Par le passé, un jeune qui souffrait de troubles psychiques a été assassiné à 4 heures du matin. La victime a été atteinte d'une grosse pierre à la tête a succombé à ses blessures, malgré l'intervention des sapeurs-pompiers et des médecins des services d'urgences. Les représentants des associations caritatives et des organisations non gouvernementales de cette wilaya haussent le ton une nouvelle fois et réclament une véritable prise en charge de cette catégorie de personne. « Nous saisissons cette occasion pour demander à Monsieur le wali d'user de son autorité afin de «faire bouger» les directeurs exécutifs responsables en la matière de prendre en charge les malheureux sans domicile fixe, notamment les malades mentaux. La publication d'une photo et d'une vidéo par les internautes montrant un jeune «SDF» tremblant de froid a de nouveau susciter la colère et le mécontentement des dirigeants de la société civile et des habitants du chef-lieu de wilaya de Khenchela. Ce jeune habite la rue depuis plusieurs années, il est connu par les services de la direction de l'action social et par les autorités locales de la wilaya de Khenchela. Il a été pris en charge provisoirement à plusieurs reprises par des citoyens mais se retrouvait à chaque fois dans la rue. Le directeur de l'action sociale avec qui nous avons abordés l'année dernière ce sujet a été très clair avec nous : «Je n'ai pas d'infrastructure pour prendre en charge ce jeune. Je ne peux pas le placer dans le centre des vieillards car son âge ne le permet pas», nous a-t-il répondu. Agacé par nos questions, le même directeur de l'actions sociale devait ajouter : « Ecrivez ce que vous voulez, les représentants de la société civile n'ont qu'à le prendre en charge eux-mêmes». Des citoyens avec qui nous nous sommes entretenus ont indiqué qu'en matière de prise en charge des SDF, rien n'a été fait depuis plusieurs années. Evoquant les brigades de nuit pour le « ramassage » des SDF, le même responsable a qualifié cette opération de « bricolage ». En somme, nous avons tenté de joindre le chef de la daïra de Khenchela, le secrétaire général de la wilaya, le chef du cabinet du wali et le président de l'APC mais en vain. Ils sont en réunion. Ils sont à l'extérieur. Ils ne sont pas dans leurs bureaux. Telles étaient la réponse des secrétariats de ses responsables. Nous y reviendrons.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.