Bouteflika persiste et signe    «L'ANP demeurera le rempart du peuple et de la Nation»    La volte-face de Ouyahia    Les réserves obligatoires des banques passent de 8% à 12%    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Journée de marche ce mardi    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    Mila-Net paralysée par une grève des travailleurs    ACTUCULT    Sit-in des journalistes de l'ENTV    Si ! Si ! Mais chut !    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    19 Mars : les marsiens et la planète Algérie    Eviter les creux de l'histoire    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    Constantine - Début de distribution de 4.254 logements    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    MC Oran: Le spectre de la relégation hante les esprits    Rien de nouveau à l'horizon    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 12 - 2018

  Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh a indiqué hier à Alger que l'introduction de l'exception d'inconstitutionnalité était destinée notamment à l'élimination de tous les facteurs qui pourraient constituer une «faiblesse ou un fléchissement» du pays. «Il est envisagé à travers cette effort, l'élimination de tous les facteurs qui pourraient constituer une faiblesse ou un fléchissement de notre patrie. Cette approche fait le consensus de tous les Algériennes et Algériens, quels que soient leurs visions ou leurs avis», a indiqué M. Louh dans une allocution prononcée à l'ouverture de la conférence nationale sur l'exception d'inconstitutionnalité. Les objectifs, a souligné M. Louh, ne pourraient se concrétiser sur le terrain que s'ils reposaient sur une approche méthodologique et un travail continu de nature à même «d'éliminer les multiples contraintes et de garantir la convergence avec les normes des mutations de la société, tout en mettant, parallèlement à cela, notre système constitutionnel et institutionnel sur la voie du développement et de la modernité».
Il a soutenu que les réformes introduites avaient été engagées suite aux résultats de l'audit de la réalité nationale et des progrès réalisés dans le processus de la «réforme de la modernisation initié par son excellence monsieur le président de la République qui en a fixé et précisé les objectifs et dont la finalité était la promotion des fondamentaux essentiels du processus démocratique et son cadre organisationnel, prémunir le pays de tout retour à la situation dramatique qu'il a vécue durant la dernière décennie, cette situation qui a failli détruire l'Etat national».
Le progrès réalisé dans la mise en place des principes constitutionnels et la dynamique de leur codification en harmonie avec les normes consacrées dans les systèmes modernes, trouve son origine dans «la profonde vision» et «la qualité des orientations» du président Bouteflika ainsi que de la nature du parcours suivi afin de passer à une «nouvelle réalité nationale», a-t-il ajouté. «Animé par des intentions sincères, cet effort a réussi à concrétiser ces principes considérés comme un tremplin pour passer à d'autres étapes qualitatives, notamment en matière de renforcement de l'Etat de droit, de l'élargissement du champ de participation citoyenne, la protection des droits des libertés, la satisfaction des demandes essentielles des citoyens ainsi que la mobilisation des moyens à même de garantir une vie décente aux citoyens», a-t-il expliqué. Pour M.Louh, grâce à l'usage de cette disposition, le citoyen contribuera au renforcement de l'Etat de droit et veillera à la préservation de ses droits garantis par la Constitution, ajoutant qu'il deviendra un» partenaire dans la consécration, la sauvegarde et le respect de ses droits».
Il a ajouté que ceci constitue une «avancée significative dans le renforcement de l'Etat de droit pour lequel nous continuerons à œuvrer, sans relâche, à l'approfondissement de ses fondements, à la promotion de ses composantes et à l'ancrage de ses règles dans les faits».
Selon M. Louh, il est du devoir des magistrats des ordres judiciaire ordinaire et administratif d'examiner «sérieusement» les moyens soulevés par les justiciables avant de décider de «l'opportunité ou de l'inopportunité» du renvoi devant le Conseil constitutionnel. Il a rappelé que la politique initiée par le président Bouteflika, laquelle a connu une application simultanée avec la charte pour la paix et la réconciliation nationale, prônant le retour aux valeurs ancestrales du pardon et du dialogue, valeurs caractéristiques de notre société, a «largement» contribué au retour de la paix et de la stabilité dans le pays et à la faveur de laquelle «se sont épanouies les aspirations aux progrès dans tous les domaines, donc ceux relatifs aux droits de l'homme et aux libertés».
M.Louh a ajouté dans ce cadre, que l'exception d'inconstitutionnalité constituera «un plus de taille» et» s'érigera en un support supplémentaire de diffusion de la culture démocratique parmi les citoyens par l'introduction des questions relatives aux droits et libertés dans le travail judiciaire et la consécration du principe de la primauté des règles constitutionnelles sur celles du droit». Le ministre de la Justice a relevé que «ceci n'influera en rien sur la nature de notre système judiciaire, lequel est chapeauté par le Cour suprême et le Conseil d'Etat, en ce sens que le droit algérien, contrairement aux autres systèmes, n'instaure pas de lien organique entre le Conseil constitutionnel et ces deux juridictions supérieures», assurant que «le Conseil constitutionnel demeurera une institution indépendante et distincte de ces deux systèmes judiciaires».
Pour sa part, le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci a déclaré que le mécanisme de l'exception d'inconstitutionnalité qui entrera en vigueur, en mars prochain «permettra d'épurer le cadre juridique pour être en conformité avec la Constitution». Dans son intervention, M. Medelci a précisé que ce mécanisme, créé dans le cadre de la révision de la Constitution de 2016, est une procédure qui permettra au Conseil constitutionnel, pour la première fois dans l'histoire du système juridique national, de procéder à un contrôle en aval de la constitutionnalité des lois. Ce nouveau mécanisme, qui entrera en vigueur le 7 mars prochain, permettra d'introduire des amendements dans les textes de lois qui s'avèreront non conformes à la loi fondamentale. L'article 188 de la Constitution amendée a évoqué cette procédure à caractère exceptionnel qui souligne que les lois doivent respecter et être conformes à la Constitution, a indiqué M. Medelci, ajoutant que des lacunes ont été relevées, même dans les pays les plus expérimentés dans le domaine juridique. Dans ce contexte, il a rappelé que le Conseil constitutionnel français qui «recense annuellement pas moins de 200 saisines sur l'inconstitutionnalité de lois, n'en accepte qu'une soixantaine».
En Algérie, ce mécanisme permettra de découvrir ces exceptions, si elles existent, grâce au justiciable qui aura un rôle important à jouer dans cette opération, selon M. Medelci.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.