Enquête au FLN    «Les problèmes sécuritaires n'ont pas empêché l'avancement»    Les ambitions du ministère de l'Agriculture    L'électrique à portée de tous    La mobilité de demain    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enfin la répartition des tâches !    Le monoxyde de carbone enregistre sa première victime de l'année    Plus de 2 000 enseignants au concours de promotion au grade de professeur principal et formateur    Les localités touchées par la fièvre aphteuse demandent des quotas de vaccins en urgence    La perte, la peur et le mystère des yeux bandés    ACTUCULT    Les écrivains et les écrevisses    Tunisie, Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?    L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Brexit: Que va-t-il se passer après le rejet de l'accord par le parlement britannique?    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Nouvel an amazigh 2969 : La tradition perpétuée en Kabylie    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    FAF: Ould Zmirli démissionne pour se consacrer à la politique    Selon des syndicats de l'Education: La grève du 21 janvier inévitable    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Ballon carré    Importation de blé: Moscou évincera-t-il Paris du marché algérien ?    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    6 productions en compétition    Un aboutissement de la revendication identitaire    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    L'énigme Hamrouche    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 12 - 2018

Dans notre football, l'argent coule à flots sans être utilisé à bon escient. Si l'on jette un regard sur les bilans financiers dressés chaque fin de saison par les clubs amateurs par exemple, l'on se rend compte que ces dépenses se chiffrent à coups de milliards de centimes et dont les justifications laissent planer le doute.
Car pour un club amateur, tout versement de prime de match ou de mensualité est strictement interdit par la réglementation qui prévoit ceci : « Conformément aux dispositions de la loi sur le sport et l'éducation physique et du règlement de la FIFA relatif au statut et du transfert du joueur, le joueur amateur ne peut recevoir de prime de signature ou de salaire et aucune gratification de quelque nature qu'elle soit pouvant revêtir une forme de salaire ». Malheureusement, cette réglementation est bafouée du fait que le joueur amateur touche aussi bien les primes de signature, des mensualités et des primes de match, au moment où les jeunes catégories sont complètement délaissées.
Le comble, c'est que toutes ces dépenses sont portées sur les bilans financiers sans que les pouvoirs publics n'interviennent, notamment l'APC, la wilaya et la DJS, principaux bailleurs de fonds. Pour ce qui est du football professionnel, c'est vraiment la cacophonie car, avant tout, c'est une question de mentalités. Or, chez nous, les mentalités amateurs n'ont guère changé.
Dès lors, cette aventure dans le monde professionnel est pour ainsi dire vouée à l'échec. N'était-ce cette obligation instaurée par la FIFA, le professionnalisme en Algérie aurait été étouffé dans l'œuf. On ne peut parler de professionnalisme dès lors que l'on persiste avec une gestion amateur où l'on attend toujours de voir l'argent des contribuables dilapidé. Pour cela, les dirigeants de clubs doivent répondre de leurs actes.
Il n'est pas normal, en effet, de voir autant d'argent dépensé pour que ce même contribuable soit convié à de piètres prestations au plan local et à des résultats décevants sur le plan international. La meilleure illustration est claire comme l'eau de roche : les équipes nationales, toutes catégories confondues, sont dans l'obligation de faire appel à des joueurs évoluant à l'étranger du fait que leurs entraîneurs ont du mal à trouver des éléments au plan local. Pour cette huitième saison de professionnalisme, les clubs ont dépensé sans compter, mais pour quels résultats ?
A longueur d'année, les clubs crient famine, mais recrutent à coups de milliards, tout en continuant à attendre les pouvoirs publics leur ouvrir les vannes, alors que de leurs poches, il n'est pas sorti grand chose lorsqu'on sait que le meilleur d'entre ces présidents ne détient même pas 10% des actions du capital social de la SSPA hormis un ou deux.
La plupart des présidents, pour ne pas dire tous, sollicitent les grosses sociétés nationales publiques ainsi que les collectivités locales (wilayas et communes), leur demandant de s'impliquer dans ce professionnalisme, mais seulement en mettant de l'argent. Le reste n'est pas leur affaire. L'autre problème pour lequel les instances de notre football, MJS y compris, doivent sérieusement se pencher, c'est de mettre définitivement un terme à cette insolite ambivalence CSA/SSPA. Le CSA reste un club amateur avec ses objectifs socio-sportifs, tandis que la SSPA s'occupe des règles économiques. Tant que l'on surfe sur ces deux entités, le professionnalisme tardera à s'implanter en Algérie.
L'autre aspect qui pourrait assurer la pérennité des clubs professionnels a trait à la formation. La mise en place d'écoles et surtout d'académies est le seul garant pour ce professionnalisme.
En effet, ces écoles et académies assureront la relève au sein des clubs, leur épargneront des dépenses faramineuses pour le recrutement et constitueront une plus-value dès lorsqu'un jeune pourrait aussi être cédé à des sommes sonnantes et trébuchantes à d'autres clubs nationaux ou étrangers. On doit sortir du schéma actuel qui fait que seule la catégorie des séniors est la plus nantie en moyens financiers et matériels, alors que le reste des catégories est totalement délaissé.
La sortie du président de la FAF, Kheireddine Zetchi, au sujet de la prise en charge des jeunes catégories qui reste à la charge de la SSPA, devrait être suivie d'effets car nombreux sont les clubs qui continuent à occulter ces dernières. C'est pourquoi aujourd'hui la FAF et la LFP doivent être fermes et constituer un rempart à toute dérive et surtout au diktat des présidents de club qui ne veulent guère voir le professionnalisme prendre son envol en Algérie. Et ce, pour préserver leurs gros intérêts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.