Le Président Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    Révision constitutionnelle: les Algériens "face à leur destin"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Blocage    Pôles d'excellence    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'INFORMEL
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 09 - 2020

Le taux de réserve obligatoire bancaire vient d'être réduit de 6 à 3%. La mesure est censée permettre aux banques de libérer des liquidités dormantes pour secouer l'activité des échanges financiers au bénéfice d'une économie anesthésiée. Elle doit surtout aérer les guichets des banques et des antennes postales pour mieux affronter les ruées des domiciliés venus réclamer leurs dûs. La décision préventive est supposée venir à bout d'un manque de liquidités catastrophique d'autant que la rentrée sociale s'est déjà annoncée malgré l'affront d'une pandémie persistante et dont personne n'a réussi à connaître la teneur.
Mais cette histoire de réserve obligatoire, faute de mieux, semble occulter le vrai problème de fond. Les banques ne peuvent offrir que ce qu'elles ont. Leurs cagnottes sont, soit alimentées par leurs clients, soit par la Banque centrale. Or, il n'est un secret pour personne que les clients ont quelques réticences à déposer leur argent pour peu qu'ils en aient et nombreux même se sont empressés depuis longtemps de pomper ce qu'ils avaient en dépôt. Le gel mortel des échanges imposé par la pandémie aidant, c'est surtout la crise économique et politique qui a amplifié un manque de confiance envers les institutions parmi lesquelles les organes financiers officiels occupent une place prépondérante.
Le citoyen lambda, le travailleur ou le retraité n'ont pas besoin de s'enfoncer dans les théories savantes des spécialistes financiers trop alambiquées pour eux. Leur compréhension ne s'embarrasse pas des oralités des experts et ils ne s'attardent que sur la réalité de leur quotidien.
L'énorme paradoxe dans ce dilemme est que, d'un côté, les pouvoirs publics et les magmas des spécialistes financiers de tous bords râlent contre un argent astronomique qui circule dans l'ombre de l'informel et, d'un autre, un Etat contraint d'articuler de timides palliatifs d'une évidente stérilité.
Telle que se présente la situation aujourd'hui, la lourde question à se poser, malheureusement, est celle de savoir qui de l'Etat ou de l'économie serait dans l'informel en ce moment ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.