La "liste ouverte" pour contrer la "chkara"    L'Algérie "tenace face aux ennemis d'hier et d'aujourd'hui"    7 longues années d'attente    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Prolongation de mandat    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Enquête    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    LA TRITURE    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DROIT DE VIVRE ET DE RESPIRER
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 11 - 2020

La myopie flagrante du Parlement de l'Union européenne est bien trop évidente pour que lui soit témoignée la moindre considération. L'hypocrisie du contenu de la dernière résolution sur les droits de l'homme en Algérie a des insinuations vides de sens et de contenu et on imagine aisément le pourquoi d'une telle gesticulation agressive, alors que l'Union devrait d'abord ouvrir les yeux sur ce qui se passe chez elle. L'Algérie n'est pas, bien entendu, un éden où tout est vert et rose, mais ses habitants, contrairement à des milliers de miséreux occidentaux dans les tréfonds des bas quartiers, ne mangent pas encore de rats et n'ont jamais été soumis à la dictature des huissiers qui se faisaient plaisir à jeter à la rue femmes et enfants.
On occulte les bastonnades des policiers et on n'accorde aucune attention à ceux qui trépassent parce que leur peau est noire, n'ayant durant toute leur vie que l'obligation de raser les murs pour ne pas être victimes de délit de faciès.
A l'évidence, il y a quelque lourde incongruité dans la vision que projettent des parlementaires européens sans aucun discernement sur les Algériens. La nouvelle et subite attention accordée par des parlementaires activistes connus et identifiés, ne doit cependant pas être perçue avec légèreté. Elle survient au même moment que deux faits majeurs que les états-majors, tapis dans l'ombre, savent conjuguer et associer. Le premier est consécutif à l'intention déclarée des autorités algériennes de revoir et de réadapter les accords d'association pour que les intérêts soient équitablement partagés. Le deuxième, plus large et non astreint à de bilatéraux échanges, ne peut être extirpé du chamboulement actuel que vit depuis quelques mois le monde arabe. L'étroitesse retenue des définitions du droit de l'homme est souvent synonyme de surdité et d'aveuglement. La démocratie, la justice et les droits de l'homme ne sont plus que des objets de trocs monnayés au gré de cupides intérêts. Ce qu'il y a de scandaleux dans cette part de forfanterie est que ceux qui s'investissent en juges excellent à éviter de s'appesantir sur les grands drames où il n'est pas seulement question de droits humains mais de droits de vivre et de respirer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.