Premier League: Liverpool et Firmino renversent Man Utd !    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fractures et manœuvres répugnantes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 04 - 2021

Le Hirak a-t-il ses limites où commence le politique ? Ses revendications sont, certes, purement politiques mais il ne peut les concrétiser sans l'émergence d'une élite fidèle à ses principes. Le vaste mouvement populaire, déclenché le 22 février 2019, qui a pu bloquer le 5e mandat de l'ex-président, et qui a sauvé le pays d'un véritable désastre, devait rencontrer sur son chemin des femmes et des hommes politiques capables de prendre le relais et répondre à ses aspirations profondes de changement du système et d'une vie meilleure dans un Etat démocratique, un Etat de droit. Composé de différentes tendances politiques, parfois trop opposées les unes aux autres, pour trouver un minimum syndical entre eux, le Hirak va-t-il à la longue tout droit à sa désintégration ? Le temps commence, en effet, à mettre en évidence ces divisions, voire des fractures, qui vont jusqu'aux rapports hostiles dans ses rangs.
De nombreux citoyens ne participent plus aux marches hebdomadaires à cause de la tentation du vieux courant islamiste, qui remonte aux années 90, de jeter son hégémonie sur le mouvement populaire. Plus de deux ans après avoir allumé sa flamme de liberté, une bonne partie du mouvement populaire ne se reconnaît plus ni dans ses slogans ni dans ses méthodes de protestation, et encore moins dans sa propension à vouloir jeter le discrédit sur le pouvoir en place, notamment les services de sécurité, en usant de moyens les plus vulgaires et répugnants. En témoigne le dernier exemple du manifestant en âge mineur, qui a été exploité avec cruauté par des adultes, juste pour ternir l'image des services de sécurité. Les appels à l'unité des rangs du mouvement dans le respect de la diversité d'opinion et d'idées politiques, lancés lors de la marche du vendredi dernier, montrent bien que les divisions commencent à miner les rangs du Hirak. Trop tard pour tenter de recoller les morceaux ? En face, il y a également le pouvoir en place qui veut bien convaincre de sa démarche allant dans le sens de la satisfaction des revendications du Hirak, et qui finit par avoir ses effets, à mesurer pleinement au bout du processus politique engagé, notamment après les élections législatives anticipées du 12 juin prochain et les élections locales qui suivront. En parallèle, les autorités n'abandonnent pas leur rôle de garant de la sécurité nationale, mettant en échec toutes les tentatives de porter atteinte au pays. Dans une récente sortie médiatique, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, a relevé que dans le sillage de la concrétisation des différentes mesures prises dans le cadre de la satisfaction des revendications du Hirak, les autorités publiques ont constaté «des mouvements suspects et dangereux n'ayant aucun lien avec les revendications et les objectifs du Hirak». Soulignant à ce propos que «l'Etat est à l'affût des manœuvres, des actes de provocation et de déviation cautionnés par des parties séparatistes ainsi que des mouvements illégaux dont la référence est proche du terrorisme qui tentent d'exploiter les marches hebdomadaires». Une déclaration qui a un caractère dissuasif et qui préparerait le terrain à d'autres révélations choquantes sur ce plan de l'exploitation du Hirak à des fins de déstabilisation du pays ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.