«Affranchir l'Algérie du vice de la corruption avant les élections»    L'aveu d'une gouvernance pourrie    Report au 1er juillet du jugement en appel du sénateur Boudjouher    Des carrés blancs pour se distancer de la lutte des clans    La charte des droits et libertés rendue publique    Le conseil de la concurrence fait le point    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    Prison à vie requise pour les généraux Diendéré et Bassolé    «Il fallait monter en puissance»    Les actionnaires sur le banc des accusés    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    Belmadi : "Il est parti sans raison…"    Mellal : "La JSK dispose désormais d'un staff technique de haut niveau"    Nouvelles de l'Ouest    Débuts satisfaisants pour les candidats    102 élèves ont obtenu 10/10    Les candidats entre soulagement et appréhension après l'épreuve de mathématiques    1 candidat au BEM et 2 de ses complices devant la justice pour fraude via un réseau social    Des pollueurs par excellence    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    ACTUCULT    "Pour que cesse la censure !"    Médéa : La place du 1er Novembre fait pitié    Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Equipe nationale: Une notable progression est à relever    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entorses aux règles d'éthique et aux lois de la République : Les télévisions privées ou la propagande honteuse
Publié dans El Watan le 12 - 05 - 2019

Les télévisions satellitaires privées jouent un jeu trouble. Si au début de la contestation ces chaînes ont ignoré les manifestants qui réclamaient le départ du régime Bouteflika, elles essayent, au gré de l'actualité, de montrer une autre image des actions de protestation.
La poursuite du hirak a contraint ces chaînes de droit étranger à changer de comportement suivant l'actualité. Ces chaînes auraient reçu «instruction» de minimiser le nombre des marcheurs : les comptes rendus ont montré des images du début des manifestations, où le nombre des protestataires était réduit.
Dans leurs directs du 12e vendredi du mouvement populaire, les envoyés spéciaux s'étaient efforcés, sans y parvenir, de minimiser le nombre des marcheurs, particulièrement ceux rassemblés au centre de la capitale. Le parvis de la Grande- Poste, l'une des places fortes de la contestation, était filmé sans l'affluence habituelle. Objectif : montrer que le mouvement s'est essoufflé.
Sur une chaîne privée, le reporter a «recadré» son collègue du studio qui a voulu lui faire dire que le nombre des manifestants était moins important que lors des derniers vendredis.
Dans leurs couvertures des manifestations, ces chaînes offshore avaient aussi un autre objectif : cacher des slogans repris en chœur par les manifestants. La chaîne Ennahar a ainsi diffusé une ancienne image du centre-ville, où les slogans antirégime, particulièrement ceux hostiles au chef d'état-major, Ahmed Gaïd Salaah, pourtant très présents, ont disparu. Les mots d'ordre scandés par les manifestants ont été aussi effacés au profit d'autres revendications, moins visibles.
Conscients des pratiques de ces chaînes, dont les responsables ne cachaient pas leur proximité avec les cercles décisionnels, des manifestants s'en sont pris aux médias laudateurs (sahafa chiyatine) : leurs cameramen et reporters ont été hués et même parfois violemment malmenés.
L'ARAV dans le désordre audiovisuel
Ayant d'abord fait avec zèle la promotion du 5e mandat du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, à qui ils ont tressé des lauriers, ces médias essayent par tous les moyens (émissions de débats très orientés, faux directs, etc.) de manipuler l'opinion.
Dernier fait gravissime : les bandeaux annonçant la mise sous mandat de dépôt de la secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, alors que la concernée était toujours dans le bureau du juge d'instruction. Autre fait considéré comme une entorse grave à l'éthique journalistique : la diffusion des images des personnes poursuivies, sans que la présomption d'innocence, un des principes intangibles de la loi, soit respectée.
La mission dévolue à une chaîne privée est revenue en priorité à la Télévision publique, connue pour sa modération. Ce n'est qu'après ce passage obligé que ces images filmées par des militaires sont reprises en boucle par les autres chaînes. Ad nauseam. Pourquoi une telle situation ? Les pouvoirs publics ont favorisé l'émergence de ces chaînes après l'ouverture de l'audiovisuel à la faveur de l'adoption des lois sur l'information et l'audiovisuel.
Les ministres de la Communication, particulièrement Hamid Grine, ont soutenu les gérants de ces chaînes et n'ont guère permis à l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) de mener à bien sa mission.
Preuve de ce laisser-aller flagrant : lors d'une plénière de l'APN consacrée aux questions orales, l'ancien ministre de la Communication Djamel Kaouane a répondu à deux députés du parti du Front de libération nationale (FLN) et de l'Union Nahda-Adala-Bina concernant «le non-respect» des spécificités du mois de Ramadhan et des us et coutumes des familles algériennes que ces chaînes, qui ont une jeune expérience, «diffusent par satellite et sont de droit étranger», ajoutant dans ce sens que l'ARAV «tente (sic) de jouer son rôle en fonction de la réalité de ces chaînes».
Dans un communiqué rendu public le 26 février, l'Autorité signale qu'elle n'a pas été dotée «des moyens nécessaires à son fonctionnement». Elle «ne peut (donc) fonctionner normalement que si les pouvoirs publics concernés satisfont à leurs obligations en matière de mise en ordre du paysage audiovisuel», poursuit l'ARAV. Dans son communiqué rendu public le 17 avril dernier, cette même autorité a rappelé aux médias audiovisuels «la nécessité impérieuse de fournir une information de service public en toute transparence» et de respecter «le principe de la déontologie», notamment dans la situation actuelle que traverse le pays.
Mais l'institution présidée par Zouaoui Benhamadi ne peut pas, malgré la volonté de ses membres (deux sur les neuf sages n'ont pas encore été remplacés, Zahir Ihaddadène, décédé, et Lotfi Cheriet, désigné DG de l'EPTV), d'assainir l'audiovisuel national via les techniques prévues par la loi pour la création d'un service de communication audiovisuel.
Preuve du délabrement des institutions de l'Etat : le site de l'ARAV (arav.dz), lancé en 2016 après l'éphémère épisode de feu Miloud Cheurfi, montre toujours Abdelmalek Sellal comme Premier ministre !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.