Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entorses aux règles d'éthique et aux lois de la République : Les télévisions privées ou la propagande honteuse
Publié dans El Watan le 12 - 05 - 2019

Les télévisions satellitaires privées jouent un jeu trouble. Si au début de la contestation ces chaînes ont ignoré les manifestants qui réclamaient le départ du régime Bouteflika, elles essayent, au gré de l'actualité, de montrer une autre image des actions de protestation.
La poursuite du hirak a contraint ces chaînes de droit étranger à changer de comportement suivant l'actualité. Ces chaînes auraient reçu «instruction» de minimiser le nombre des marcheurs : les comptes rendus ont montré des images du début des manifestations, où le nombre des protestataires était réduit.
Dans leurs directs du 12e vendredi du mouvement populaire, les envoyés spéciaux s'étaient efforcés, sans y parvenir, de minimiser le nombre des marcheurs, particulièrement ceux rassemblés au centre de la capitale. Le parvis de la Grande- Poste, l'une des places fortes de la contestation, était filmé sans l'affluence habituelle. Objectif : montrer que le mouvement s'est essoufflé.
Sur une chaîne privée, le reporter a «recadré» son collègue du studio qui a voulu lui faire dire que le nombre des manifestants était moins important que lors des derniers vendredis.
Dans leurs couvertures des manifestations, ces chaînes offshore avaient aussi un autre objectif : cacher des slogans repris en chœur par les manifestants. La chaîne Ennahar a ainsi diffusé une ancienne image du centre-ville, où les slogans antirégime, particulièrement ceux hostiles au chef d'état-major, Ahmed Gaïd Salaah, pourtant très présents, ont disparu. Les mots d'ordre scandés par les manifestants ont été aussi effacés au profit d'autres revendications, moins visibles.
Conscients des pratiques de ces chaînes, dont les responsables ne cachaient pas leur proximité avec les cercles décisionnels, des manifestants s'en sont pris aux médias laudateurs (sahafa chiyatine) : leurs cameramen et reporters ont été hués et même parfois violemment malmenés.
L'ARAV dans le désordre audiovisuel
Ayant d'abord fait avec zèle la promotion du 5e mandat du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, à qui ils ont tressé des lauriers, ces médias essayent par tous les moyens (émissions de débats très orientés, faux directs, etc.) de manipuler l'opinion.
Dernier fait gravissime : les bandeaux annonçant la mise sous mandat de dépôt de la secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, alors que la concernée était toujours dans le bureau du juge d'instruction. Autre fait considéré comme une entorse grave à l'éthique journalistique : la diffusion des images des personnes poursuivies, sans que la présomption d'innocence, un des principes intangibles de la loi, soit respectée.
La mission dévolue à une chaîne privée est revenue en priorité à la Télévision publique, connue pour sa modération. Ce n'est qu'après ce passage obligé que ces images filmées par des militaires sont reprises en boucle par les autres chaînes. Ad nauseam. Pourquoi une telle situation ? Les pouvoirs publics ont favorisé l'émergence de ces chaînes après l'ouverture de l'audiovisuel à la faveur de l'adoption des lois sur l'information et l'audiovisuel.
Les ministres de la Communication, particulièrement Hamid Grine, ont soutenu les gérants de ces chaînes et n'ont guère permis à l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) de mener à bien sa mission.
Preuve de ce laisser-aller flagrant : lors d'une plénière de l'APN consacrée aux questions orales, l'ancien ministre de la Communication Djamel Kaouane a répondu à deux députés du parti du Front de libération nationale (FLN) et de l'Union Nahda-Adala-Bina concernant «le non-respect» des spécificités du mois de Ramadhan et des us et coutumes des familles algériennes que ces chaînes, qui ont une jeune expérience, «diffusent par satellite et sont de droit étranger», ajoutant dans ce sens que l'ARAV «tente (sic) de jouer son rôle en fonction de la réalité de ces chaînes».
Dans un communiqué rendu public le 26 février, l'Autorité signale qu'elle n'a pas été dotée «des moyens nécessaires à son fonctionnement». Elle «ne peut (donc) fonctionner normalement que si les pouvoirs publics concernés satisfont à leurs obligations en matière de mise en ordre du paysage audiovisuel», poursuit l'ARAV. Dans son communiqué rendu public le 17 avril dernier, cette même autorité a rappelé aux médias audiovisuels «la nécessité impérieuse de fournir une information de service public en toute transparence» et de respecter «le principe de la déontologie», notamment dans la situation actuelle que traverse le pays.
Mais l'institution présidée par Zouaoui Benhamadi ne peut pas, malgré la volonté de ses membres (deux sur les neuf sages n'ont pas encore été remplacés, Zahir Ihaddadène, décédé, et Lotfi Cheriet, désigné DG de l'EPTV), d'assainir l'audiovisuel national via les techniques prévues par la loi pour la création d'un service de communication audiovisuel.
Preuve du délabrement des institutions de l'Etat : le site de l'ARAV (arav.dz), lancé en 2016 après l'éphémère épisode de feu Miloud Cheurfi, montre toujours Abdelmalek Sellal comme Premier ministre !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.