Les Algériens "déterminés" à mettre en échec tous les "desseins hostiles"    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    La colère de la classe démunie    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    Ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    "Pas d'effets indésirables graves relatifs au vaccin anti-Covid Spoutnik V"    Liverpool : L'attaque des Reds est en panne...    Ligue 1: ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    La Lamborghini des bourdes !    Le lait en sachet, une denrée rare    Relance des travaux    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    300 millions de centimes dérobés    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Les avocats plaident l'innocence    Le schiste américain remonte la pente    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Lentement ou sans précipitation ?    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    LOURDE CHARGE    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Skikda : Le projet d'une tannerie en stand-by
Publié dans El Watan le 06 - 08 - 2020

Quatre années sont passées sans que le projet de réalisation d'une tannerie initié par un artisan n'aboutisse. Devant être implanté dans l'enceinte de la zone d'activité El Attassa, dans la commune d'Aïn Charchar, à l'est de Skikda, le projet bute depuis contre des considérations bancaires.
L'initiateur du projet, Salah Boulahia, un jeune promoteur qui a de tout temps vécu dans le domaine de la transformation du cuir, se dit «dépité» en revenant sur la genèse de son projet. «J'ai réalisé pas moins de trois études d'impact, dont l'une fut établie par un expert de l'ONUDI (Organisation des Nations unies pour le développement industriel).
Toutes les garanties environnementales ont été assurées, sans parler de l'impact économique d'un tel projet. Je dispose d'une assiette foncière consistante au niveau de la zone d'activité d'El Attassa, mais je n'arrive toujours pas à bénéficier de l'aide bancaire nécessaire pour réaliser enfin ce rêve», explique M. Boulahia, qui n'est pas étranger au monde du cuir, comme il tiendra à le mentionner : «Nous sommes une famille d'artisans qui avons pratiqué le tannage bien avant l'indépendance du pays. Moi-même j'ai travaillé en tant qu'exportateur du cuir.
C'est une activité que je maîtrise sans parler des relations que j'ai tissées des années durant avec de grands noms de l'industrie du cuir en Europe et en Asie. J'ai entrepris des démarches avec trois grandes firmes italiennes du cuir, ainsi qu'un investisseur coréen, et ils ont tous manifesté leur intérêt pour mon projet en envisageant l'éventualité d'un partenariat. Malheureusement, les obstacles que j'ai rencontrés ont fini par les en dissuader», rajoute-t-il. Connaissant parfaitement le monde de l'industrie du cuir, M. Boulahia ne cache pas sa déception : «Il ne s'agit pas de mon projet, mais plutôt de l'industrie nationale du cuir.
La tannerie que je compte toujours réaliser et en plus de son impact sur l'environnement socio-économique de la région servira surtout d'outil pouvant valoriser l'industrie de la transformation dans le pays», a-t-il estimé en revenant sur une étude qu'il a réalisée sur les techniques durables de la filière. «La transformation du cuir est une réelle aubaine économique pour notre pays et une source sûre de devises» et de donner un exemple «Rien que pour le jour de l'Aïd, on sacrifie près de 4 millions de bêtes.
Si on parvient à fructifier 20% des cuirs bruts qu'on traite pour disposer d'un produit semi-fini, nous pourrons les exporter, au bout de trois jours, à raison de 5 dollars US l'unité. Ce qui nous fera des entrées de devises avoisinant les 4 millions de dollars. Imaginez qu'on arrive à fructifier 50% de ces cuirs bruts», conclut notre interlocuteur tout en lançant un appel aux pouvoirs publics avec l'espoir de voir enfin le projet dont il rêve, voilà déjà plus de 4 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.