Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fondation du 8 mai 1945
Le crime est resté impuni
Publié dans El Watan le 08 - 05 - 2005

Ce jour-là, mardi 8 mai 1945, 45 000 Algériens sont massacrés à Sétif, Kherrata et Guelma par la soldatesque coloniale française. Au nom du peuple français. Au moment même où celui-ci célébrait la victoire sur la barbarie nazie.
Aujourd'hui, à l'ombre de ces morts qui ont laissé cette terre libre en héritage, il nous faut remettre les pendules de l'histoire à l'heure de la vérité. Face à ces horribles charniers, l'on ne se contentera plus, désormais, de pleurer nos morts. Nous avons, aujourd'hui, décidé de lutter contre l'oubli, contre l'érosion du temps, d'exiger des auteurs de ces crimes monstrueux réparation, de faire en sorte que l'épaisseur de ce mutisme coupable soit dénoncée, de considérer nos suppliciés à la même hauteur de l'épouvantement d'Auschwitz ou de Dachau. Des hommes ont décidé de lutter contre l'oubli. La fondation du 8 Mai 1945, née de cette exigence, rouvre le dossier de ce crime. Un crime contre l'humanité. En effet, un groupe de militants de la cause nationale, encouragés par l'espoir né des évènements d'octobre 1988, réfléchissent à la possibilité de création d'une association, a retenu entre autres idées celle de porter un intérêt particulier à la culture de la mémoire, surtout en ce qui concerne les sacrifices et les martyres du peuple algérien pour le recouvrement de son indépendance et sa liberté. Parmi les événements les plus marquants de l'Algérie colonisée, c'est incontestablement le 8 mai 1945, prélude au déclenchement de la guerre de libération du 1er novembre 1954, qui occupe une place déterminante. D'abord par le nombre des martyrs (45 000), ensuite par la prise de conscience du peuple algérien de recourir finalement à la seule voie qui lui reste pour s'affranchir, celle des armes. L'importance de la portée des événements tragiques de mai 1945 se distingue par l'étendue géographique de ces derniers. Depuis la résistance armée de l'Emir Abdelkader, ils sont pratiquement les seuls à avoir touché l'ensemble de notre territoire national, avec un objectif clairement exprimé : l'indépendance. Sur le plan juridique, les actes criminels collectifs commis par les forces colonialistes et la majorité des colons, de par leur caractère raciste et une volonté « de blesser la conscience des musulmans » en les traitant de et en sous-hommes, relèvent du crime contre l'humanité. « Le crime contre l'humanité, c'est quand on tue quelqu'un pour la simple raison qu'il n'est pas comme soi », disait André Frossart. Cette accusation implique également en toute logique les colonisateurs pour exploitation et asservissement d'hommes. La revendication récurrente des Algériens d'exiger, d'une part, la reconnaissance des crimes commis contre les leurs par les colonialistes, et d'autre part, une déclaration publique par l'Etat français d'une demande de pardon, restera posée jusqu'à sa satisfaction. Pour eux, loin de tout esprit ou sentiment revanchard, c'est un devoir de mémoire et de justice. Mais aussi un préalable inévitable pour un établissement sincère, solide et durable des relations basées sur la solidarité et l'amitié au mieux des intérêts réciproques de l'Algérie et de la France.
Par Aouli Makhlouf


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.