Cérémonie d'installation du nouveau commandant de la Gendarmerie nationale    Covid-19: 532 nouveaux cas, 474 guérisons et 9 décès    La défense de Khalida Toumi évoque une détention ‘'illégale''    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : 4 ans de prison requis contre le journaliste Khaled Drarni    Effondrement d'un tunnel minier à Ain Azal: Tebboune présente ses condoléances    INCENDIE A LA FORET DE CANASTEL (ORAN) : Deux hectares de pins d'Alep partis en fumée    CONSTANTINE : Saisie de 90 000 comprimés de psychotropes    Réouverture prochaine des mosquées: appel au respect des mesures préventives    JO-2020: "les athlètes d'élite ont besoin d'un suivi physique et mental individualisé"    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fondation du 8 mai 1945
Le crime est resté impuni
Publié dans El Watan le 08 - 05 - 2005

Ce jour-là, mardi 8 mai 1945, 45 000 Algériens sont massacrés à Sétif, Kherrata et Guelma par la soldatesque coloniale française. Au nom du peuple français. Au moment même où celui-ci célébrait la victoire sur la barbarie nazie.
Aujourd'hui, à l'ombre de ces morts qui ont laissé cette terre libre en héritage, il nous faut remettre les pendules de l'histoire à l'heure de la vérité. Face à ces horribles charniers, l'on ne se contentera plus, désormais, de pleurer nos morts. Nous avons, aujourd'hui, décidé de lutter contre l'oubli, contre l'érosion du temps, d'exiger des auteurs de ces crimes monstrueux réparation, de faire en sorte que l'épaisseur de ce mutisme coupable soit dénoncée, de considérer nos suppliciés à la même hauteur de l'épouvantement d'Auschwitz ou de Dachau. Des hommes ont décidé de lutter contre l'oubli. La fondation du 8 Mai 1945, née de cette exigence, rouvre le dossier de ce crime. Un crime contre l'humanité. En effet, un groupe de militants de la cause nationale, encouragés par l'espoir né des évènements d'octobre 1988, réfléchissent à la possibilité de création d'une association, a retenu entre autres idées celle de porter un intérêt particulier à la culture de la mémoire, surtout en ce qui concerne les sacrifices et les martyres du peuple algérien pour le recouvrement de son indépendance et sa liberté. Parmi les événements les plus marquants de l'Algérie colonisée, c'est incontestablement le 8 mai 1945, prélude au déclenchement de la guerre de libération du 1er novembre 1954, qui occupe une place déterminante. D'abord par le nombre des martyrs (45 000), ensuite par la prise de conscience du peuple algérien de recourir finalement à la seule voie qui lui reste pour s'affranchir, celle des armes. L'importance de la portée des événements tragiques de mai 1945 se distingue par l'étendue géographique de ces derniers. Depuis la résistance armée de l'Emir Abdelkader, ils sont pratiquement les seuls à avoir touché l'ensemble de notre territoire national, avec un objectif clairement exprimé : l'indépendance. Sur le plan juridique, les actes criminels collectifs commis par les forces colonialistes et la majorité des colons, de par leur caractère raciste et une volonté « de blesser la conscience des musulmans » en les traitant de et en sous-hommes, relèvent du crime contre l'humanité. « Le crime contre l'humanité, c'est quand on tue quelqu'un pour la simple raison qu'il n'est pas comme soi », disait André Frossart. Cette accusation implique également en toute logique les colonisateurs pour exploitation et asservissement d'hommes. La revendication récurrente des Algériens d'exiger, d'une part, la reconnaissance des crimes commis contre les leurs par les colonialistes, et d'autre part, une déclaration publique par l'Etat français d'une demande de pardon, restera posée jusqu'à sa satisfaction. Pour eux, loin de tout esprit ou sentiment revanchard, c'est un devoir de mémoire et de justice. Mais aussi un préalable inévitable pour un établissement sincère, solide et durable des relations basées sur la solidarité et l'amitié au mieux des intérêts réciproques de l'Algérie et de la France.
Par Aouli Makhlouf


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.