Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    Le peuple en quête d'alternative    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Salon du Sport et de la remise en forme    «Nécessité de préserver le pouvoir d'achat dans la loi de Finances 2020»    Chakib Khelil est de retour    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    Tlemcen : « A Bas la dictature ! »    Hanni inscrit un joli but contre Al Ahli (Vidéo)    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fondation du 8 mai 1945
Le crime est resté impuni
Publié dans El Watan le 08 - 05 - 2005

Ce jour-là, mardi 8 mai 1945, 45 000 Algériens sont massacrés à Sétif, Kherrata et Guelma par la soldatesque coloniale française. Au nom du peuple français. Au moment même où celui-ci célébrait la victoire sur la barbarie nazie.
Aujourd'hui, à l'ombre de ces morts qui ont laissé cette terre libre en héritage, il nous faut remettre les pendules de l'histoire à l'heure de la vérité. Face à ces horribles charniers, l'on ne se contentera plus, désormais, de pleurer nos morts. Nous avons, aujourd'hui, décidé de lutter contre l'oubli, contre l'érosion du temps, d'exiger des auteurs de ces crimes monstrueux réparation, de faire en sorte que l'épaisseur de ce mutisme coupable soit dénoncée, de considérer nos suppliciés à la même hauteur de l'épouvantement d'Auschwitz ou de Dachau. Des hommes ont décidé de lutter contre l'oubli. La fondation du 8 Mai 1945, née de cette exigence, rouvre le dossier de ce crime. Un crime contre l'humanité. En effet, un groupe de militants de la cause nationale, encouragés par l'espoir né des évènements d'octobre 1988, réfléchissent à la possibilité de création d'une association, a retenu entre autres idées celle de porter un intérêt particulier à la culture de la mémoire, surtout en ce qui concerne les sacrifices et les martyres du peuple algérien pour le recouvrement de son indépendance et sa liberté. Parmi les événements les plus marquants de l'Algérie colonisée, c'est incontestablement le 8 mai 1945, prélude au déclenchement de la guerre de libération du 1er novembre 1954, qui occupe une place déterminante. D'abord par le nombre des martyrs (45 000), ensuite par la prise de conscience du peuple algérien de recourir finalement à la seule voie qui lui reste pour s'affranchir, celle des armes. L'importance de la portée des événements tragiques de mai 1945 se distingue par l'étendue géographique de ces derniers. Depuis la résistance armée de l'Emir Abdelkader, ils sont pratiquement les seuls à avoir touché l'ensemble de notre territoire national, avec un objectif clairement exprimé : l'indépendance. Sur le plan juridique, les actes criminels collectifs commis par les forces colonialistes et la majorité des colons, de par leur caractère raciste et une volonté « de blesser la conscience des musulmans » en les traitant de et en sous-hommes, relèvent du crime contre l'humanité. « Le crime contre l'humanité, c'est quand on tue quelqu'un pour la simple raison qu'il n'est pas comme soi », disait André Frossart. Cette accusation implique également en toute logique les colonisateurs pour exploitation et asservissement d'hommes. La revendication récurrente des Algériens d'exiger, d'une part, la reconnaissance des crimes commis contre les leurs par les colonialistes, et d'autre part, une déclaration publique par l'Etat français d'une demande de pardon, restera posée jusqu'à sa satisfaction. Pour eux, loin de tout esprit ou sentiment revanchard, c'est un devoir de mémoire et de justice. Mais aussi un préalable inévitable pour un établissement sincère, solide et durable des relations basées sur la solidarité et l'amitié au mieux des intérêts réciproques de l'Algérie et de la France.
Par Aouli Makhlouf


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.