L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Réactions
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 06 - 01 - 2016

Si El Hachemi Assad. SG du Haut Commissariat à l'amazighité (HCA)
«La décision permettra un aménagement efficace de tamazight»
Suprême satisfaction ! Le HCA considère cette reconnaissance du statut officiel de tamazight comme un acquis important qui consolidera davantage l'unité nationale et la démocratie en Algérie. L'officialisation veut dire que tamazight détient désormais un autre statut juridique. Lors de mes précédentes déclarations à la presse et d'une manière mesurée, j'ai explicité que nous, au HCA, étions assurés que le processus de l'officialisation est amorcé dès l'instant de son introduction dans l'ancienne Constitution puis son accession au statut de langue nationale. Donc, c'était une question de temps et voilà, le moment est venu pour l'annoncer et rendre justice à ce préjudice de l'histoire.
Cette décision est un acte méthodologique qui permettra un aménagement efficace et planifié de notre langue sous l'égide d'une académie de la langue amazighe. Une des retombées positives de cette officialisation est que l'Etat mettra davantage de moyens pour rattraper le retard accusé en matière de recherche, de développement, d'enseignement et de diffusion. Le véritable processus de mise en œuvre de la volonté constitutionnelle trouvera alors tout son sens. C'est de notre rôle de prendre de l'initiative pour ne pas confiner cette décision dans un cadre strictement théorique. Nous devons travailler sans relâche pour installer les instruments institutionnels d'accompagnement et œuvrer dans la production littéraire, scientifique et culturelle de qualité.»
AlI brahimi. Ancien député, militant de la cause amazighe
«Un droit inaliénable et historique…»
La langue amazighe vient d'être consacrée langue officielle dans la nouvelle mouture constitutionnelle présentée par le chef de l'Etat ! Indépendamment du contexte de délabrement institutionnel, politique, économique et culturel du bilan du pouvoir et des calculs de survie d'un régime honni par l'ensemble des citoyens libres de ce pays, l'instant et la décision sont historiques ! Nous prenons cette justice tardive sans remercier quiconque, parce que c'est notre droit naturel de parler, écrire, travailler et vivre dans notre langue maternelle et parce que c'est le droit historique inaliénable d'une langue et d'une culture qui ont survécu à des millénaires de déni et de répression, de recouvrer, sans conditions, leur souveraineté sur leur territoire historique ! (…).
L'Algérie et la plus grande part de l'Afrique du Nord appartiennent aux espaces linguistiques et culturels arabophone et francophone, mais ne seront jamais arabes ni français parce qu'elles sont déjà amazigh et qu'elles doivent le rester ! (…) La fin institutionnelle du déni lève aussi toute couverture à l'amalgame islamité-arabité qui n'a bizarrement de prétention qu'en Afrique du Nord. Il reste et appartient aux formations politiques islamistes de renoncer à cet abus culturel et linguistique en acceptant sincèrement, voire en rejoignant la marche du peuple amazigh vers le recouvrement total et la reconstruction de sa souveraineté culturelle !
Le socle identitaire de l'Algérie est aujourd'hui conforté à charge pour le régime auteur du déni anti-amazigh d'entreprendre la thérapie collective identitaire et culturelle pour différencier arabisme et arabophonie ! Plus au-delà, il appartient maintenant à ceux qui s'arrangeaient du déni culturel anti-amazigh pour justifier leur tiédeur ou leur refus d'intégrer les rangs du mouvement démocratique, de se mobiliser pour imposer la citoyenneté, l'Etat de droit et l'Etat civil lequel ne saurait se confondre avec une dictature militaire ou religieuse (…)»
- Brahim Tazaghart. Militant de l'amazighité, écrivain et éditeur
«Une justice rendue au combat de plusieurs générations»
Je suis satisfait par cette décision portant officialisation de la langue amazighe. Satisfait pour tamazight et content pour l'Algérie qui consolide ainsi sa cohésion nationale. Avec l'officialisation de tamazight, c'est une nouvelle étape dans la refondation démocratique de la nation algérienne qui s'achève. C'est aussi l'indépendance du pays qui se consolide en se libérant de la conception jacobine de l'Etat qui est une conséquence directe de la colonisation.
Je crois que cette reconnaissance, qui vient rendre justice au combat de plusieurs générations de militants, est une leçon à retenir : ‘Ne jamais céder devant les difficultés et les obstacles, ni paniquer et faire fausse route au risque d'offrir aux nostalgiques de la colonisation leur revanche tant attendue.' Elle exprime aussi la vérité que la construction des Etats et des nations n'est pas chose aisée, qu'elle est un processus continu avec des réaménagements et des correctifs à apporter en permanence.
En cet instant, le fait que nous n'avons pas tiré profit d'une manière optimale de la reconnaissance de tamazight comme langue nationale en 2002 me traverse l'esprit. C'est pour cette raison que j'appelle les militants de tamazight, les spécialistes et autres praticiens d'être à la hauteur de cette prochaine reconnaissance. C'est une décision essentielle à capitaliser. Avec des camarades, nous avons commencé, il y a un temps, à travailler sur la loi portant mise en œuvre de la reconnaissance de tamazight comme langue officielle. Nous étions certains que ce moment arrivera. Et face à l'histoire qui est en train de s'écrire, nous n'avons pas le droit à l'échec.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.