La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Patrimoine : Visite du Bordj de Tamentfoust
Publié dans Info Soir le 26 - 04 - 2016

Vestige n Quand on a l'occasion de passer par Bordj El-Kiffan, le Fort de Tamentfoust à quelques encâblures de là, mérite le détour. En ce temps printanier, la petite commune de Tamentfoust a déjà posé un pied dans la saison estivale.
Il est aux environs de 13 heures. Il règne une douce torpeur dans le voisinage du lazaret. Les villas voisines s'abritent derrière leurs murs et feuillages.
«Vous cherchez le musée ? C'est là où flotte le drapeau national», indique un habitant. L'emblème frappé de l'étoile et le croissant, claque au vent de la mer, amie intime des lieux. Plus bas, le petit port et ses embarcationssont à leurs occupations quotidiennes sans que cela ne vienne perturber les espaces sereins du fortin. Un portillon en bois peint en gris est fermé. Le jardin entourant le Fort est soigneusement travaillé. Roses écloses et autres plantes, allées tracées, arbrisseaux ajoutent au charme du site. Deux canons, vétérans de l'artillerie ancienne, ont reçu pour mission de ne pas baisser pas la garde. 
Un pont levis, unique voie d'accès permettant le passage aux visiteurs, est entouré d'un fossé de 3 mètres de profondeur. Anciennement, le chenal aujourd'hui à sec, était immergé de part et d'autre des eaux de la mer.
Après avoir traversé la skiffa, le préau, on est en face d'une cour où trône un puits avec un vieux panier à l'ancienne, accroché à un support. En vérité, ce n'est pas un puits mais un collecteur d'eau de pluie qui a su être indispensable aux  troupes du fort il y a des siècles. Une amphore de dimension géante est également là, pour le décor sans doute… Plusieurs alcôves se prolongent sous les arcades. Nous n'aurons à visiter que deux d'entre elles, la salle romaine et la salle ottomane ainsi ce qui servait de cuisines. La consigne est catégorique. Pas de photos et pas de notes pour les journalistes sans l'aval de l'administration qui gère le Fort. On fait avec. La vaste terrasse et son chemin de ronde est dotée de meurtrières et d'archères. Surplombant les flots moirés, elle est creusée de drains destinés à recueillir les eaux de pluie qui alimentaient le puits. La première chose qui attire l'attention du nouveau venu en se rapprochant du fort, c'est sa forme octogonale architecture unique au Maghreb. Les matériaux de construction, également n'échappent pas au regard par leur  consistance massive et leur couleur jaunie par les siècles. On saura que ces pierres datent de l'époque romaine et qu'elles ont été récupérées pour ériger la forteresse. Sa construction remonterait au XVIe siècle, puis elle a été reconstruite au XVIIIe siècle par Ramdane Agha.
Nous ne finirons pas le détour sans parler de la défaite cuisante de Charles Quint dans une des anses de Tamenfoust et de la légende de Sidi Messaoud El-Bahri. C'est sur une natte mise à l'eau que le saint homme, menacé de prison, traversa les flots pour venir à Alger tenir tête au Dey de l'époque.
Le chef turc face au miracle ne put emprisonner le vieux sage. Une koubba  lui a été construite par deux colons en 1925 afin de s'attirer les bonnes grâces des fidèles musulmans et du…saint homme. 
Un peu de toilettage ne peut faire que du bien au vénérable lazaret en le rendant un peu plus pimpant. Notons que le Fort Tamentfoust n'a rien prévu cette année pour le mois du patrimoine sinon ouvrir ses portes au public comme à l'accoutumée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.