PSG: Leonardo ne serait pas passé à l'action pour Neymar !    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune achève sa visite d'Etat au Royaume d'Arabie saoudite    Real Madrid: Zidane aurait une alternative à 150M€ pour Mbappé !    Sahara Occidental: l'UA, un partenaire principal dans le processus de décolonisation    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Blida: report du procès de Abdelghani Hamel et de Berrachdi au 19 mars prochain    Vinicius Jr s'en prend à l'arbitre de Real Madrid-Manchester City    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    Les discussions de Genève sur la Libye boudées par les Libyens    Rassemblement de protestation des Patriotes    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Un jeune tabassé à mort à Sidi Khettab    Accident mortel à Béni-Saf    Litige entre élus et administration autour du portrait du Président Tebboune    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    La révolution contée en peinture    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Le pas en avant au bord du précipice !    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques
Publié dans Le Maghreb le 23 - 04 - 2019

Une série d'explosions a frappé dimanche trois églises et quatre hôtels de luxe du Sri Lanka faisant au moins 156 morts, dont 35 étrangers, où était célébrée la messe de Pâques, alors que la nature exacte de ces déflagrations demeurait inconnue dans l'immédiat et aucune revendication n'a été faite.
Le bilan pourrait s'aggraver encore car on dénombre des dizaines de blessés dans cette vague d'attaques d'une violence rare. Selon des sources hospitalières, "Il y a beaucoup de personnes blessées dont certaines dans un état critique", ajoutant que 254 personnes avaient été admises à l'hôpital dans la capitale Colombo et que 60 blessés avaient été recensés dans deux attaques hors de la capitale. Selon cette source, au moins 64 personnes ont péri à Colombo, où trois hôtels haut de gamme et une église ont été frappés. A Negombo, au nord de la capitale, 67 personnes ont trouvé la mort dans une église et 25 autres dans une autre église à Batticaloa, dans l'est de l'île. Une nouvelle explosion s'est à la suite produite en début d'après-midi dans un hôtel de la capitale du Sri Lanka, faisant deux morts. La déflagration est survenue dans un hôtel de Dehiwala, une banlieue du sud de Colombo. Puis une huitième explosion s'est produite dans un lieu non-précisé d'Orugodawatta, une banlieue du nord de Colombo. Ces déflagrations demeurait inconnue dans l'immédiat et aucune revendication n'a été faite. Dans ce contexte, le ministère de la Défense du Sri Lanka a décrété un couvre-feu de douze heures à partir de 18H00 locales (12H30 GMT). Le couvre-feu sera en place jusqu'à 06H00 locales lundi (00H30 GMT). Le président srilankais Maithripala Sirisena s'est dit "choqué" par les explosions. De son côté, le ministre des Finances Mangala Samaraweera a déclaré sur Twitter que les attaques avaient tué "de nombreux innocents" et semblaient "une tentative coordonnées pour provoquer des meurtres, le chaos et l'anarchie". "Réunion d'urgence dans quelques minutes. Les opérations de secours sont en cours", a tweeté de son côté le ministre des Réformes économiques Harsha de Silva. Il a fait état de "scènes horribles" à l'église Saint-Anthony et dans deux des hôtels visés où il s'est rendu.

Juncker et May dénoncent
La Première ministre britannique, Theresa May, a dénoncé des comme des "actes de violence (...) réellement effroyables" la série d'explosions meurtrière qui a frappé des églises et des hôtels de luxe du Sri Lanka. "Nous devons nous unir pour faire en sorte que personne ne doive jamais avoir à pratiquer sa foi dans la peur", a ajouté la dirigeante sur Twitter, adressant ses "plus sincères condoléances" à "toutes les personnes affectées". Pour sa part, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a fait part de son "horreur" et de sa "tristesse" face à la série d'explosions au Sri Lanka dimanche, affirmant que l'Union européenne (UE) se tenait "prête à apporter son soutien". "C'est avec horreur et tristesse que j'ai pris connaissance des attentats au Sri Lanka qui ont coûté la vie à tant de gens. J'offre mes sincères condoléances aux familles des victimes qui s'étaient rassemblées pour prier pacifiquement ou venir visiter ce beau pays. Nous sommes prêts à apporter notre soutien", a affirmé M. Juncker sur Twitter. Les catholiques sri-lankais, à l'instar de ceux du reste du monde, se rendaient dimanche à l'église pour la messe de Pâques, l'un des temps forts de l'année religieuse chrétienne. Toutes les célébrations de Pâques ont été annulées dans le pays. Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka, dont la population totale est de 21 millions d'habitants. Le pays compte environ 70% de bouddhistes, 12% d'hindouistes, 10% de musulmans et 7% de chrétiens, selon des statistiques reprises par des médias. Les catholiques sont perçus comme une "force unificatrice" car on en trouve chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise. Certains chrétiens sont cependant mal vus parce qu'ils soutiennent des enquêtes extérieures sur les crimes de l'armée sri-lankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile qui s'est achevée en 2009. Selon les Nations unies, le conflit de 1972 à 2009 a fait de 80.000 à 100.000 morts.

Condamnations à travers le monde
Au Vatican, le pape, qui s'était rendu en 2015 en visite au Sri Lanka, a condamné les attentats qui ont ensanglanté ce pays en ce week-end pascal.
"J'ai appris avec tristesse et douleur la nouvelle des graves attentats qui, précisément aujourd'hui, pour Pâques, ont semé le deuil et la souffrance dans des églises et en d'autres lieux où des gens s'étaient rassemblés au Sri Lanka", a dit le souverain pontife aux dizaines de milliers de personnes massées place Saint-Pierre pour entendre sa traditionnelle bénédiction "Urbi et orbi" (A la ville et au monde).
Le président français Emmanuel Macron a fait part de sa "profonde tristesse après les attaques terroristes contre des églises et des hôtels au Sri Lanka" et a condamné ces "actes odieux". La Première ministre britannique Theresa May a dénoncé des "actes de violence effroyables". "Nous devons collectivement trouver la volonté et les réponses pour mettre fin à de telles violences", a commenté la Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, dont le pays a été le théâtre le 15 mars dernier d'un attentat contre deux mosquées qui a fait 50 morts.
Pressions et intimidations
Le Premier ministre sri-lankais, Ranil Wickremesinghe, qui a appelé ses compatriotes à "rester unis et forts en ces moments de tragédie", a convoqué une réunion du Conseil de sécurité nationale. Il a reconnu que les autorités avaient reçu une alerte qui n'a cependant pas été transmise à certains ministres. L'information n'a pas été correctement répercutée, a-t-il ajouté, et une enquête devra en établir les raisons. Le président Maithripala Sirisena a chargé une unité spéciale de la police et l'armée d'enquêter pour déterminer qui a commis les attentats. L'armée a été déployée, et la sécurité a été renforcée à l'aéroport international de Colombo, a annoncé un porte-parole de l'armée. L'ensemble des établissements scolaires resteront fermés lundi et mardi. Sur les 22 millions de Sri-Lankais, 70% sont bouddhistes, 12,6% hindouistes, 9,7% musulmans et 7,6% chrétiens, selon le recensement de 2012. Les associations chrétiennes disent être confrontées à des manoeuvres d'intimidation de plus en plus appuyées de la part de certains moines bouddhistes extrémistes ces dernières années. L'an dernier, des heurts ont éclaté entre la communauté bouddhiste cingalaise, majoritaire dans le pays, et la minorité musulmane, certains groupes bouddhistes extrémistes accusant les mahométans de contraindre des gens à se convertir à l'islam. Dans son rapport de 2018 sur les droits de l'homme au Sri Lanka, le département d'Etat américain notait que certaines organisations chrétiennes et églises avaient fait état de pressions pour qu'elles cessent toute activité, les autorités ayant parlé à leur égard de "réunions non autorisées". Selon ce même rapport, des moines bouddhistes ont régulièrement tenté de fermer certains lieux de culte chrétiens et musulmans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.