Le Real Madrid communique au sujet de l'Inter et Hakimi    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    Le boy-scout révolté    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    - Aït Ali l'automobile - Biden contre le mur - Le Cnes newlook - Le vaccin arrive, le printemps pas loin    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    L'affaire de l'autoroute Est-Ouest renvoyée à la fin de la session criminelle    Bientôt des marchés de gros des dattes    Pour faire face à une forte demande en eau dans les zones côtières : Des avis d'appel d'offres pour trois stations de dessalement    Exportation des services numériques algériens    Remise de 527 microcrédits pour la création de projets    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Deux joueurs du Zamalek suspendus face au MCA    Zemmamouche, une année sans jouer !    Stratégie retenue pour l'acquisition du vaccin contre la Covid-19 : Les mauvais calculs des autorités    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Le secteur sur un brasier    Benjamin Stora. Spécialiste de l'histoire contemporaine de l'Algérie : «Il y a une histoire sur laquelle on peut s'appuyer pour trouver du commun»    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Oum Siham, une poétesse engagée pour les bonnes causes, s'en va    CHAN-2021 : La décantation tarde à se faire    Fonds de garantie des crédits FGAR: Accompagnement d'une trentaine de PME en 2020    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    L'ENTERREMENT DES VIVANTS    Organisation de la Omra: Près de 500 agences de voyages candidates    LA CRISE ET LES ESPOIRS    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    "Ni repentance ni excuses"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La santé mentale en dégradation
Pathologies psychiatriques en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 02 - 2008

Les pathologies psychologiques et psychiatriques affectent aujourd'hui une grande partie de la population algérienne laissant jaillir ainsi une série interminable de questionnements sur les causes de l'implosion gravissime de ces troubles altérant notablement le niveau de la santé mentale.
Les pathologies psychologiques et psychiatriques affectent aujourd'hui une grande partie de la population algérienne laissant jaillir ainsi une série interminable de questionnements sur les causes de l'implosion gravissime de ces troubles altérant notablement le niveau de la santé mentale.
Les spécialistes se sont penchés sur l'étude du phénomène en avançant comme cause directe l'incidence des traumatismes accumulés lors de la décennie noire ainsi que le niveau socioéconomique dégradé.
Prés de 3,5 millions d'Algériens, soit 10%, ont besoin d'une prise en charge psychologique, alors que le taux des cas de dépression représente 26%, telle a été les chiffres avancés en 2007 par les professionnels de la santé mentale en marge d'un congrès international de psychologie. Les chiffres inquiétants reflètent l'état dérisoire de la santé mentale en Algérie. Etat certainement aggravé par les drames vécus lors des années sombres du terrorisme et de la détérioration de la situation socioéconomique.
En effet, plusieurs types de maladies psychiatriques et psychologiques connaissent une augmentation alarmante ces dernières années et sont dues, selon l'analyse des professionnels au milieu social du malade. Milieu chargé de difficultés existentielles, relationnelles, affectives et psychologiques. Chômage, crise de logement, pauvreté et malvie ont largement participé dans l'amplification des fléaux liés à la santé mentale poussant ainsi les plus vulnérables à se réfugier dans la folie cherchant à inventer un monde à eux où plus rien ne viendra les déranger. La folie est une forteresse vide, effrayante, froide et austère dans laquelle ils sont nombreux à y loger. Et pourtant, peut-on réellement prétendre que les personnes qui se trouvent au sein de cette prison ont choisi de leur plein grès d'y loger ?
Certainement pas, puisque l'anamnèse de la totalité des personnes atteintes de troubles psychiatriques prouvent que la folie a été une conséquence directe à une incapacité de gérer des tensions pressantes. Selon Mme S. Saliha, psychologue clinicienne, les conditions socioéconomiques déplorables sont considérées comme un facteur anticipant la déchéance mentale.
La schizophrénie, selon notre interlocutrice, passe à la tête des pathologies, avec plus de 150 milles cas enregistrés en 2007. Une personne risque certes d'avoir un terrain prédisposé à l'atteinte mentale, mais le vécu social, le degré de résistance aux dures épreuves de la vie, le niveau de stress ressenti et la fragilité ou la solidité du fonctionnement social y sont pour autant des facteurs de risque.
L'amélioration de la qualité de la santé mentale passe d'abord par la prise en charge pluridisciplinaire des cas déjà présents, mais aussi par la prévention indispensable à travers l'installation d'une politique efficace qui se chargera de l'amélioration des conditions socioéconomiques de la population ainsi que de l'installation d'une structure de détection des troubles psychiques.
Le passage chez le psychologue devra perdre son aspect angoissant que s'attache à lui accorder la société pour devenir un simple bilan ordinaire présentant son état psychologique tout comme est le cas pour le bilan médical.
Les spécialistes se sont penchés sur l'étude du phénomène en avançant comme cause directe l'incidence des traumatismes accumulés lors de la décennie noire ainsi que le niveau socioéconomique dégradé.
Prés de 3,5 millions d'Algériens, soit 10%, ont besoin d'une prise en charge psychologique, alors que le taux des cas de dépression représente 26%, telle a été les chiffres avancés en 2007 par les professionnels de la santé mentale en marge d'un congrès international de psychologie. Les chiffres inquiétants reflètent l'état dérisoire de la santé mentale en Algérie. Etat certainement aggravé par les drames vécus lors des années sombres du terrorisme et de la détérioration de la situation socioéconomique.
En effet, plusieurs types de maladies psychiatriques et psychologiques connaissent une augmentation alarmante ces dernières années et sont dues, selon l'analyse des professionnels au milieu social du malade. Milieu chargé de difficultés existentielles, relationnelles, affectives et psychologiques. Chômage, crise de logement, pauvreté et malvie ont largement participé dans l'amplification des fléaux liés à la santé mentale poussant ainsi les plus vulnérables à se réfugier dans la folie cherchant à inventer un monde à eux où plus rien ne viendra les déranger. La folie est une forteresse vide, effrayante, froide et austère dans laquelle ils sont nombreux à y loger. Et pourtant, peut-on réellement prétendre que les personnes qui se trouvent au sein de cette prison ont choisi de leur plein grès d'y loger ?
Certainement pas, puisque l'anamnèse de la totalité des personnes atteintes de troubles psychiatriques prouvent que la folie a été une conséquence directe à une incapacité de gérer des tensions pressantes. Selon Mme S. Saliha, psychologue clinicienne, les conditions socioéconomiques déplorables sont considérées comme un facteur anticipant la déchéance mentale.
La schizophrénie, selon notre interlocutrice, passe à la tête des pathologies, avec plus de 150 milles cas enregistrés en 2007. Une personne risque certes d'avoir un terrain prédisposé à l'atteinte mentale, mais le vécu social, le degré de résistance aux dures épreuves de la vie, le niveau de stress ressenti et la fragilité ou la solidité du fonctionnement social y sont pour autant des facteurs de risque.
L'amélioration de la qualité de la santé mentale passe d'abord par la prise en charge pluridisciplinaire des cas déjà présents, mais aussi par la prévention indispensable à travers l'installation d'une politique efficace qui se chargera de l'amélioration des conditions socioéconomiques de la population ainsi que de l'installation d'une structure de détection des troubles psychiques.
Le passage chez le psychologue devra perdre son aspect angoissant que s'attache à lui accorder la société pour devenir un simple bilan ordinaire présentant son état psychologique tout comme est le cas pour le bilan médical.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.