Plus de 356 kg de cannabis et plus de 162.000 comprimés psychotropes saisis à Alger en 2019    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Accidents de la route : 8 morts et 30 blessés en 24 heures    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Révolution Le nouvel élan    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Ça se passe ainsi, chez Ali Benhadj    Serment de fidélité au hirak    Gros risques sur les banques    Le Chabab, un leader bien fragile    Le Targui    À tout jamais…    Des potentialités inexploitées    Rencontre algéro-française à Alger    Le bâtonnier violemment pris à partie par les avocats    Le saviez-vous… ?    8 nouveaux syndicats dans l'éducation    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Le Nigeria réaffirme sa position constante sur la juste cause du peuple sahraoui    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Membres de l'ancien Conseil supérieur de la jeunesse: accompagner les initiatives des jeunes pour une Algérie nouvelle    Filière boisson: les préoccupations des industriels passés en revue    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Regards opposés    Le Hirak boucle sa première année    Tébessa: Un mort dans une collision    BARRICADES INOPERANTES    Samsung prépare sa DexBook : Transformer son smartphone en PC    Premier décés en Italie, l'oms tire la sonnette d'alarme    Victoire impérative des Verts    "C'est le peuple qui a sauvé le pays"    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les parlementaires du FLN rament à contre-courant
APN ET SENAT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 05 - 2019

Des sénateurs de l'ex-parti unique emboîtent le pas à leurs camarades de l'Assemblée populaire nationale en orchestrant un coup de force contre le président intérimaire de la Chambre basse du Parlement.
Loin de coller aux revendications du peuple dont l'une d'elles porte sur la dissolution de ces deux Assemblées illégitimes pour être issues du régime de l'ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika, poussé à la démission, des sénateurs du groupe parlementaire du FLN ont bien une autre «préoccupation», celle de destituer Salah Goudjil du poste de président intérimaire et le remplacer par un des leurs.
Tout ce beau monde se fie à l'article 6 du règlement intérieur du Conseil de la Nation qui évoque la vacance du poste de président de ladite Chambre haute du Parlement en raison du décès, d'une démission, d'incompatibilité ou d'un vide juridique ou d'empêchement.
Sauf que dans le cas présent, Abdelkader Bensalah ne vérifie aucun des cas de vacance du poste comme brandi par ces sénateurs, et au bout de son intérim de 90 jours à la tête de l'Etat suite à la démission de l'ex-président de la République, il aura à reprendre le perchoir du Conseil de la Nation. Un intermède lors duquel Salah Goudjil assure, lui également, en sa qualité de membre le plus âgé du Sénat, l'intérim. Un cas loin d'être inédit puisque la même situation s'est produite à la mort du défunt président Houari Boumediène.
En effet, ce fut le défunt président de l'APN, le pays n'étant pas doté à cette époque du Sénat instauré en 1997 par l'ex-président Liamine Zeroual, Rabah Bitat d'assurer l'intérim à la tête de l'Etat jusqu'à ce que Chadli Bendjedid fut élu président de la République avant de reprendre le perchoir du Parlement.
Un scénario similaire est échafaudé au niveau de la Chambre basse du Parlement avec la réédition envisagée du scénario du débarquement de Saïd Bouhadja. Sauf que dans ce cas, les députés mettent en avant leur souci d'accompagner le mouvement populaire dont l'une de ses revendications phares qui consiste en le départ de Moad Bouchareb. Ceci en faisant tout pour l'isoler et le pousser à la démission.
Et le boycottage, jeudi dernier, d'une séance plénière consacrée à des questions orales de députés à des membres de l'exécutif s'inscrit dans cette démarche. Mais depuis, aucune autre étape n'est avancée, à croire que l'ardeur des pourfendeurs de Bouchareb a été refroidie par un quelconque ordre venu d'on ne sait où pour surseoir à leur «machination», comme fut le cas pour Bouhadja dont la destitution dans les conditions que l'on sait a été inspirée par les fameuses forces extraconstitutionnelles.
Des forces agissant dans l'ombre qui ne seraient pas toutes démantelées, à en croire bien d'hommes politiques et d'observateurs qui estiment que si Bouteflika a été poussé à la retraite, le «bouteflikisme», avec ses corollaires clés, coups bas et putschs renouvelés sans cesse, est encore là.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.