Mission difficile pour les Verts    Marche grandiose à Alger    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    AUDITIONNE AU TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Baha Eddine Tliba placé en détention provisoire    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    ELECTION PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Mihoubi déposera son dossier la semaine prochaine    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Le véritable maître de DAESH    «On peut faire encore plus mal»    "L'EN peut encore progresser"    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malgré les efforts de l'Etat dans la lutte contre le travail des enfants: Les chiffres officiels loin de la réalité
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 06 - 2018

Le ministre du Travail, de l'emploi et de la sécurité sociale, Mourad Zemali, a dévoilé hier que le gouvernement consacre une enveloppe de dix milliards de dollars annuellement à l'éducation et à la formation des enfants.
En marge de la célébration de la Journée mondiale de la lutte contre le travail des enfants (12 juin), le ministre du Travail, de l'emploi et de la Solidarité nationale a déclaré hier que l'Algérie a déployé tous les moyens matériels pour endiguer le phénomène du travail des enfants, soulignant que la Constitution algérienne consacre l'obligation et la gratuité de la scolarisation des enfants dès l'âge de 6 ans jusqu'à 16 ans. Dans ce sens, l'Etat a mis en place un programme de formation, dédié spécialement aux enfants touchés par le phénomène de la déperdition scolaire, dans des centres de formation professionnelle à travers plusieurs wilayas du pays. Abordant le travail des enfants, Mourad Zemali a déclaré que même si ce phénomène existe, il est très minime, ajoutant que «nous ne cautionnons pas le travail des enfants, même si le taux est de l'ordre de 1 pour 1000», et que «la loi de finances actuelle a durci les sanctions à l'encontre des contrevenants, et cela doit alerter toute la société». M. Zemali a déclaré que la Constitution a consacré les droits de l'enfant dans plusieurs articles, elle a également prévu de lourdes sanctions pour les patrons qui exploitent des enfants dans certains métiers pénibles, les privant de leurs droits fondamentaux. Le nombre d'enfants exploités dans le monde est très important, soulignera le ministre. Selon l'ONU, environ 150 millions d'enfants travaillent de par le monde, précisant qu'en Algérie, il a été enregistré de très faibles taux concernant le travail des enfants. M. Zemali n'a pas manqué de souligner qu'en Algérie, l'âge légal pour travailler est à partir de 16 ans.
La réalité du terrain
Pour M. Mustapha Khiati, la situation est tout autre que celle annoncée par les autorités publiques. Le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (FOREM), Mustapha Khiati, a estimé avant-hier que les chiffres officiels relatifs au travail des enfants en Algérie étaient en-deçà de ceux annoncés et «loin de refléter la réalité». Il en veut pour preuve la non-comptabilisation des enfants travaillant dans l'informel que ce soit dans les rues ou les marchés. Pour obtenir des chiffres réels du travail des enfants, il faut réaliser un travail collectif avec les tous les intervenants sur le terrain. Dans ce sens, M. Khiati dira : «Des statistiques réelles sur le travail des enfants au niveau national exigent obligatoirement une coordination avec toutes les composantes de la société civile». Le président de la Forem a estimé que les chiffres avancés par les autorités publiques sont basés sur les données des inspections du travail qui «contrôlent uniquement le secteur économique organisé sans associer la société civile». Pour le Pr Khiati, les secteurs où l'on rencontre le plus ce phénomène sont informels, comme la mendicité, les chantiers, les fermes, les plages ou les marchés anarchiques et ne peuvent être englobés dans les 0.5%, chiffre avancé par les ministères du Travail, de l'emploi et de la sécurité sociale et de la Solidarité nationale. Il est nécessaire d'adopter une coordination entre les associations qui mènent des actions auprès des enfants en détresse et la tutelle pour arriver à chiffrer ce phénomène, de façon crédible et réelle, ajoutera M. Khiati.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.