Nahda participera avec une trentaine de listes    Installation d'un nouveau directeur de la Sûreté de wilaya    Et la prochaine étape ? Le pantalon et le caleçon aux chevilles ?    Le contrat avec Suez risque de ne pas être reconduit    Les travailleurs de l'ETRHB investissent la rue    L'Association des commerçants lance la sensibilisation    «Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc»    Le derby face à l'USMA au stade du 20-Août    Ceferin fustige    JS Kabylie à Garoua pour la qualif' sous 43°    Gâteau de crêpes    Flambée des prix des fruits et légumes    Mécontentement    La grande avancée de la cause amazighe    Naïma Ababsa    Une alternative économique    SONATRACH OPÈRE UN CHANGEMENT RADICAL AU MCA    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    La Badr s'ouvre au public    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Extension du tramway-Constantine: lancement des essais techniques de la 2e tranche    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Niger: l'Algérie condamne l'attaque terroriste perpétrée contre le village de Gaigorou    Saignée de capital humain    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Le dossier sera s'implifié    Boumala victime de son paradoxe    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Brèves    Une AGE à refaire    Brèves    Révolution dans le football européen    La Tunisie secouée par la pandémie    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    Le repère incontournable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TLS continuera son travail jusqu'au 31 janvier 2018
L'AMBASSADE DE FRANCE L'A CONFIRME HIER
Publié dans L'Expression le 04 - 07 - 2017

Les autorités françaises ont décidé d'avancer la fin du contrat de prestations de service qui lie les trois consulats généraux de France en Algérie avec le prestataire TLS contact
Les trois consulats généraux de France en Algérie (Alger, Oran et Annaba) sont concernés.
Le prestataire de service «TLS contact» a perdu son contrat avec le ministère français des Affaires étrangères, a-t-on informé de source sûre. Un appel d'offres sera lancé dans les prochains jours pour sélectionner un nouveau prestataire de gestion des rendez-vous de dépôt des demandes de visas Schengen pour la France.
TLScontact continuera toutefois à recueillir, jusqu'au 31 janvier 2018, les dossiers de demandes de visas auprès des trois consulats généraux de France en Algérie (Alger, Oran et Annaba), a indiqué hier un communiqué de l'ambassade de France en Algérie.
«Les autorités françaises ont décidé d'avancer la fin du contrat de prestations de service qui lie les trois consulats généraux de France en Algérie avec le prestataire TLS contact pour le recueil des dossiers de demandes de visas. Cette décision est intervenue le 28 juin 2017. Le contrat prévoit des clauses quant à la résiliation du contrat avec cet opérateur qui demeure compétent jusqu'au 31 janvier 2018», précise le communiqué qui ajoute qu'un «nouvel appel d'offres sera lancé incessamment par les autorités compétentes».
L'ambassade de France souligne que «l'objectif assigné est de mieux prendre en compte les nouveaux paramètres de la demande algérienne de visas. Ce changement intervient alors que la gestion des visas pour la France connaît une situation pour le moins «chaotique». Depuis plusieurs jours en effet, il est impossible d'obtenir un rendez-vous sur le site TLScontact. Plusieurs dizaines de milliers de demandes antérieures à la crise sont actuellement en souffrance!
Il faut savoir que la quasi-totalité du personnel de TLScontact avait été licenciée au lendemain de l'éclatement d'un scandale lié aux «rendez-vous avancés». Depuis, le prestataire, déstabilisé, «n'arrive plus à assurer le service ni à améliorer les conditions d'accueil des demandeurs de visas en Algérie, en devant assurer notamment un contrôle plus efficace des calendriers de rendez-vous et une maîtrise des délais d'attente». Cette situation devra rester difficile pour les demandeurs de visas pendant encore plusieurs mois, regrette-t-on.
La même source rassure cependant que «des mesures seront prises pour organiser la transition pour les demandes de rendez-vous au-delà du 31 janvier 2018 et garantir le service de qualité attendu des demandeurs algériens de visas pour la France». Elle révèle que «des informations complémentaires sur les modalités envisagées seront communiquées dans les meilleurs délais».
Les «rendez-vous avancés» au coeur d'un scandale pour obtenir un visa Schengen en passant par le service TLScontact n'ont jamais été aussi compliqués. Afin de déposer un dossier de visa, il faut au préalable faire une demande sur le site Internet et prendre un rendez-vous. Mais en faisant le test, on se rend compte que la procédure reste bloquée au moment de sélectionner une date et un créneau horaire.
Aucune de ces options essentielles ne fonctionne et il n'existe que très peu de recours en cas de «bug». Les seules possibilités qui restent sont celles de compléter le formulaire de contact qui permet de laisser un message de réclamation à travers le site ou bien de se rendre directement sur place, sans être toutefois sûr d'être reçu.
En fait, plusieurs dizaines de milliers de demandes sont actuellement en instance suite à la découverte, il y a plusieurs semaines, de ce scandale de «rendez-vous avancés». Le retour à la normale n'est pas prévu avant quelques mois, probablement à la rentrée prochaine.
Des employés de TLScontact sont soupçonnés d'avoir alimenté un réseau qui proposait aux demandeurs de visa d'avancer la date de leur rendez-vous moyennant une rétribution financière. L'ambassade de France à Alger soupçonnait déjà l'existence d'un important réseau de corruption. Selon TSA, plusieurs personnes ont été licenciées et la société TLScontact, même si elle n'est pas directement impliquée en tant qu'entité, se trouve sur la sellette.
Officiellement, la pratique qui consiste à faire avancer des rendez-vous n'existe plus. Mais sur Internet, des personnes profitent des délais et des difficultés expérimentés par les demandeurs pour proposer des rendez-vous «express» contre un paiement. L'arnaque est simple: le demandeur fournit ses informations personnelles et paie une somme exorbitante pour espérer obtenir un rendez-vous.
Il suffit de faire un tour sur le site Ouedkniss pour se rendre compte de l'ampleur de la fraude. Plusieurs annonces qui concernent aussi bien Alger, Annaba et Oran (trois villes où se situent les centres TLScontact) sont toujours disponibles pour des «rendez-vous express» à partir de 16.000 dinars!
Pour Alger, l'une des dernières annonces date de moins d'une semaine. Au bout du fil, un jeune homme nous indique ne pas avoir de rendez-vous disponible pour le mois de mai avant de vous proposer un créneau dans la matinée du 18 juin.
«Envoyez-moi vos coordonnées, nom, prénom et numéro de passeport sans fautes ainsi que votre e-mail personnel par SMS» demande ce dernier. «J'ai mon collègue qui travaille là-dessus, je lui transmets vos coordonnées et il vous fait ça», poursuit le jeune homme qui demande la somme rondelette de 30.000 dinars. Reste que ces offres qui pullulent sut la Toile sont des arnaques puisque «il n'est pas possible officiellement d'avancer les rendez-vous!»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.