Elections locales : taux de participation de 36,58% pour les APC et 34,76 % pour les APW    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Royaume-Uni    Elaborer une stratégie médiatique moderne face à l'infoguerre    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Ballon d'Or 2021 : Kahn pense que Lewandowski le méritait davantage    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Foot/Coupe arabe Fifa-2021: Réussir notre entrée face au Soudan    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Une bureaucratie en remplace une autre !    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Les nouvelles technologies au secours de la culture    La ville de tous les possibles    Exposition sur Charles de Foucauld à Alger    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    Les précisions du Fonds national de promotion des initiatives de la jeunesse et des pratiques sportives    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    11 entraîneurs européens présents au Qatar    L'article 29 à la carte !    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    ES Ben Aknoun : Farid Zemiti nouvel entraîneur    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    La riposte de l'Opep+    Un cas unique de corruption    Le dossier sahélien scruté    Assommants cachets...    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La profession de foi est ancrée
Nombreuses manifestations de soutien au président Saïed en Tunisie
Publié dans L'Expression le 06 - 10 - 2021

En réaction aux tentatives de protestation de la formation islamiste Ennahdha et de son chef Rached Ghannouchi, interdit d'accès au siège d'un Parlement par des forces de l'ordre missionnées, de très nombreuses manifestations ont eu lieu, dimanche, à travers toute la Tunisie et notamment à Sousse, Monastir, Gabès, Kasserine et dans la capitale.
L'avenue Bourguiba, devenue le terrain favori des manifestants de tous bords, a donc vu plus de 2000 sympathisants du président Saïed appeler à la dissolution de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), la convocation de toutes les personnalités ayant exercé une parcelle de pouvoir au cours des dernières années ainsi qu' à une révision de la Constitution. Mais on aura surtout remarqué la franche hostilité exprimée, dans toutes les villes évoquées et autres, envers les islamistes et leur mentor, Rached Ghannouchi. Le reproche majeur de la foule concernait ce fameux dédommagement exigé par Ennahdha au gouvernement Hichem Mechichi, dissous par le président Kaïs Saïed le 25 juillet dernier, avec en guise d'ultimatum un délai extrêmement réduit pour un montant exorbitant. Et tout cela dans une période de propagation vertigineuse de la pandémie de Covid-19, face à laquelle la Tunisie était en situation de détresse extrême. A Tunis, un hommage appuyé a été rendu au martyr Chokri Belaïd dont le frère était présent à la manifestation de l'avenue Bourguiba, aux côtés de rares responsables de la Gauche tunisienne. Les camps centristes et de gauche sont, en effet, réservés à l'égard des mesures exceptionnelles décrétées par Kaïs Saïed et des dispositions transitoires qu'il a édictées, voici quelques jours seulement.
C'est là, d'ailleurs, un des sujets d'étonnement pour tout observateur de la scène tunisienne que ce décalage entre une classe politique déboussolée et un chef de l'Etat droit dans ses babouches. Longtemps avant l'élection présidentielle de 2019, Kaïs Saïed, professeur de droit constitutionnel à la retraite et illustre inconnu dans le microcosme de cette classe politique réservée, avait clairement défini son programme. Porteur d'une vision et d'un projet politique atypiques, il ne cachait nullement sa volonté de mettre en pratique ses idées et ses convictions, selon lesquelles le temps des partis est révolu au profit d'une démarche nouvelle avec une nouvelle Constitution. Depuis 2011, il n'a jamais cessé de marteler ces certitudes et l'on s'étonne que nombreux sont ceux qui se disent aujourd'hui étonnés! Partisan d'une fonction présidentielle aux prérogatives étendues, il promettait à la poubelle la Loi fondamentale de 2014, née d'un contrat entre Nidaa Tounes et Ennahdha, pour la remplacer par un modèle de démocratie directe, tant il est convaincu que «le pouvoir appartient au peuple». Depuis son entrée à Carthage, il poursuit méthodiquement la mise en oeuvre de ce programme, au grand dépit de ses détracteurs. Et le fait est que les Tunisiens, dans leur grande majorité, sont en faveur de sa démarche et en attendent des résultats conformes à leurs légitimes aspirations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.