Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nicolas Maduro tient à son offre de dialogue national
Crise politique au Venezuela
Publié dans Liberté le 06 - 02 - 2019

Le président élu du Venezuela, Nicolas Maduro, explique que l'ingérence américaine est motivée par sa volonté de s'approprier les richesses naturelles de ce pays d'Amérique du Sud.
Nicolas Maduro a appelé les "peuples du monde entier" à soutenir son pays dans la crise qui le secoue depuis presque deux semaines, après que le président du Parlement, Juan Guaido, s'est autoproclamé chef d'Etat par intérim, soutenu dans sa démarche par les Etats-Unis et 19 pays de l'Union européenne. "Je le dis au monde
entier : nous avons besoin de solidarité, de conscience pour ne pas céder à la folie de la guerre et transformer le Venezuela en nouveau Vietnam", a déclaré M. Maduro, accusant Washington de vouloir s'emparer des richesses du Venezuela, un des plus importants producteurs mondiaux de pétrole. "J'ai envoyé une lettre au pape François", a-t-il déclaré lundi dans un entretien avec la chaîne de télévision italienne SkyTG24, enregistré à Caracas, ajoutant : "Je lui demande son aide, dans un processus de facilitation et de renforcement du dialogue... J'espère recevoir une réponse positive." Dans un autre entretien qu'il a accordé à Russia Today, M. Maduro a affirmé que "peu m'importe comment je vais entrer dans l'histoire, je ne serai pas un traître, un faible, un homme qui a tourné le dos à ses engagements historiques envers son peuple". Et d'expliquer le pourquoi de l'ingérence américaine dans les affaires internes de Caracas.
"Quel est le casus belli de Donald Trump contre le Venezuela ? Le casus belli est le pétrole du Venezuela, les richesses du Venezuela, son or, son gaz, son fer, ses diamants et d'autres richesses matérielles", a-t-il accusé, rejetant l'ultimatum de certains pays de l'UE qui lui ont exigé d'annoncer une présidentielle anticipée dans huit jours. Cet ultimatum a expiré dimanche soir et 19 pays membres de l'UE ont annoncé leur reconnaissance de Juan Guaido comme président légitime du Venezuela. Une décision violemment critiquée par le président de Turquie, Recep Teyyip Erdogan, et d'autres parties qui soutiennent l'option du dialogue inter-vénézuélien et dénoncent l'ingérence étrangère dans ce pays. "On sait maintenant ce qu'est l'UE (...) D'un côté vous parlez d'élections et de démocratie, et après, par la violence et la ruse, vous allez renverser un gouvernement", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours télévisé. "Le Venezuela, est-ce que c'est ta province ?", a également déclaré M. Erdogan, semblant s'adresser à Washington. "Comment peux-tu dire à quelqu'un arrivé au pouvoir par des élections "Allez va-t'en" ? Et comment mets-tu à la présidence quelqu'un qui n'a même pas été élu ?", a-t-il encore dénoncé. Outre la Turquie, la Russie et la Chine dénoncent aussi les tentatives de déstabilisation du président Maduro, pour mettre à sa place des autorités pro-américaines, comme cela est le cas au Brésil ou encore en Argentine.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.