Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ombre de Rachad
Hirakistes poursuivis par le pôle pénal spécialisé d'Oran
Publié dans Liberté le 03 - 05 - 2021

Les interpellations de certains hirakistes à Oran, vendredi 23 avril 2021, les transferts d'activistes depuis d'autres wilayas qui ont suivi et l'arrestation-surprise du couple Chouicha mercredi dernier, ont enfin livré leur secret : les services de sécurité voulaient empêcher la création d'une coordination du mouvement Rachad dans la capitale de l'Ouest. C'est ce qui est ressorti, jeudi, de la première comparution d'une douzaine de personnes devant le juge d'instruction du pôle pénal spécialisé.
"Nous avons été mis devant un faisceau de présomptions sur une prétendue tentative d'installation d'une représentation de Rachad qui ne repose sur aucune preuve matérielle", a estimé Me Khemisti, un des avocats de la défense qui ont assisté les suspects. Les faits de cette affaire trouvent leur genèse place du 1er-Novembre à l'occasion de la marche empêchée du vendredi 23 avril dernier.
Parmi les dizaines de manifestants pacifiques arrêtés dans la violence que l'on sait, un nom attire particulièrement l'attention de la police : Yasser Rouibah, 19 ans, membre déclaré du mouvement Rachad, qui avait fait le déplacement depuis Aïn Defla pour prendre part à la marche oranaise. D'autres activistes connus sont arrêtés tels que le cyber-journaliste Saïd Boudour ou Karim Ilyes, dit "la panthère rose".
Alors que l'écrasante majorité des personnes interpellées sera relâchée après le f'tour — sous la condition, pour certains, de ne pas porter plainte pour les violences subies — Rouibah, Boudour et Karim Ilyes seront gardés à vue jusqu'à leur présentation devant le procureur de la République près le pôle pénal spécialisé six jours plus tard.
Leurs avocats seront empêchés de leur rendre visite au siège de la sûreté de wilaya malgré la double prolongation de la garde à vue, ce qui a ouvert la porte à toutes les spéculations. "On nous a interdit de les voir en violation de toutes les lois. Il a fallu que l'on menace de provoquer un esclandre pour que la police consente à nous ouvrir l'accès", rapportera Me Omar Boussag, outré par le fait que la police exige la présentation d'une lettre de constitution pour autoriser la visite des suspects.
Entre le 23 et le 29 avril, les services de sécurité ne chômeront pas : ils effectueront des perquisitions aux domiciles de Karim Ilyes et Saïd Boudour, et feront transférer depuis d'autres wilayas plusieurs activistes qui se trouvaient à Oran le 23 avril : Mustapha Guira d'Alger, Boutache Tahar de Constantine, Khelifi Mohamed d'Aïn Defla, Jahed Zakaria de Mostaganem, notamment, rejoindront ainsi les hirakistes qui se trouvent en détention. "Comme nous n'avons pas accès aux prisonniers, nous n'avons pas encore d'informations sur ce qui se prépare mais nous sentons que quelque chose se trame", rapportera un avocat en milieu de semaine.
Le mercredi 28 avril, Kaddour Chouicha, vice-président de la Laddh et son épouse journaliste de Liberté, seront interpellés et conduits au siège de la sûreté de wilaya où ils seront interrogés avant d'être relâchés en fin d'après-midi avec injonction de se présenter le lendemain matin à la première heure.
Dans un post inquiet, le fils Adel alerte sur une volonté d'impliquer ses parents dans une "affaire montée de toutes pièces".
Là encore, le domicile des Chouicha est perquisitionné par la police qui emporte des ordinateurs, des clefs USB et différents documents de travail. Les personnes interpellées et leurs avocats auront le fin mot de l'histoire lors de la présentation devant le pôle pénal spécialisé, jeudi dernier : toute cette agitation visait à établir des liens entre les hirakistes interpellés (et d'autres non encore entendus) dans un présumé projet de création d'une coordination de Rachad dans la région de l'Ouest.
À l'issue de la première comparution, trois mandats de dépôt seront prononcés contre Yasser Rouibah, Mustapha Guira et Boutache Tahar. Saïd Boudour, Karim Ilyes et Bendella Noureddine seront placés sous contrôle judiciaire tandis que Kaddour Chouicha, Jamila Loukil, Jahed Zakaria, Yahiaoui Brahim et Belalem Imad-Eddine (deux étudiant d'Oran arrêtés mardi 27 avril) seront remis en liberté provisoire.
Les chefs d'accusations portés contre eux sont lourds : il s'agit des articles 77, 78, 87, 87 bis, 87 bis 1 et 3 du code pénal qui portent tous sur des faits de terrorisme, de crimes tendant à troubler l'Etat et de complot contre l'intégrité du territoire national. Et de l'article 96, plus commun celui-là aux procès intentés aux hirakistes, qui concerne la publication ou l'exposition de documents de nature à nuire à l'intérêt national.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.