Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DES AMOURS PEU BANALES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 01 - 2019


Livres
Nulle autre voix. Roman de Maissa Bey. Editions Barzakh, Alger 2018, 800 dinars,202 pages
L'histoire d'une jeune femme mal-calinée (par ses parents et surtout par une mère plus soucieuse du qu'en dira-t-on que de la santé psychique de sa fille), un peu mal-fagotée, mal-mariée, mal-aimée, brutalisée... qui en arrive à... assassiner son époux (préférant à l'empoisonnement car employée dans un laboratoire pharmaceutique - quelques coups de couteau bien placés par surprise alors qu'il était scotché devant la télé). Bref, elle en avait marre de toujours subir un mari plus que macho et indifférent. Pour elle, «je l'ai tué. Normal !». Et, aucune déclaration pour expliquer aux enquêteurs, puis aux jurés, le pourquoi et le comment de la chose. Même pas à son avocat. Aucune circonstance atténuante. Quinze ans de réclusion criminelle. Aucun appel. Elle voulait être reconnue coupable...pour «payer jusqu'au bout le prix de ses lâchetés et de ses renoncements.» La prison. Elle se sentait «délivrée», car «c'était fini. Il n'était plus». Des années d'enfermement. La peine totalement purgée car refusant la liberté conditionnelle. Puis, la libération, retrouvant la cinquantaine proche, les cheveux rares et grisonnants, son appartement (grâce à un frère aimant...et à un petit «héritage»). Le silence et encore le silence...la solitude totale et aucune confidence. Ni aux journalistes, ni aux voisins, ni même au frère.
Puis, un jour, une jeune et élégante femme, la trentaine épanouie, d'allure sportive, se disant heureuse en famille, enseignante d'université (dit-elle) se présente afin de recueillir des confidences... afin d'écrire, dit-elle, un roman basé sur des faits réels.
De rencontre en rencontre, une certaine «amitié»... et, autour d'une tasse de thé ou de café, la parole se libère. Pas trop, juste de quoi relancer les retrouvailles. Un sujet : Le séjour en prison mais surtout, la mise à mort d'un homme. Un acte en apparence énorme, insensé, monstrueux, invisible mais bien réel et froidement exécuté. Parallèlement, elle aussi se met à écrire, en cachette, son «roman».. Confession intime peut-être plus vrai que celle faite à sa nouvelle «amie». L'écriture : une forme de libération.
Puis, un jour, l'histoire ayant pris fin, l'amie disparaît et reste introuvable même à l'Université. Etrange ! Pour obtenir une manière opérante ? Un dédoublement de personnalité car ne pouvant plus se débarrasser de son «statut» de femme exploitée, de femme-objet...se voyant «obligée» de tuer pour se libérer ? Je tue, donc j'existe ! Sans remords et sans haine !
L'Auteure : Née à Ksar El Boukhari, en 1950. Père instituteur. Etudes de Lettres françaises. Enseignante du secondaire. Habile conteuse. Auteure d'une œuvre assez importante (éditée en Algérie et à l'étranger), plusieurs fois distinguée.
Extraits : «Dans les livres, les films, les documentaires tournés ailleurs qu'ici, les prisonniers vivent dans des cellules. Parfois seuls, parfois à deux, ou même à quatre. Cela existe chez nous. Dans certaines prisons et pour certaines personnes. Tout est fonction de position sociale et d'argent. Et, les deux vont toujours ensemble. En prison, l'argent est maître» (p 50) , «Oui, il y avait un peu de ça : ce plaisir inavouable que nous pouvons ressentir en côtoyant le monde du crime, de la nuit, le monde du sexe sans entraves, de la passion parfois mortifère, un monde où il est facile de basculer, où les interdits sont foulés aux pieds et où seuls comptent le plaisir, la jouissance immédiate. N'avez-vous jamais ressenti cela ?» (p 89), «Entre les murs, hors-monde, tout est vécu dans l'excès. Les amitiés. Les rejets. Les rivalités. Les colères. Et les sens sont exacerbés par le manque. C'est là-bas que j'ai découvert que les femmes ont besoin de sexe, avec ou sans amour. Vous le savez ? Vous savez qu'une femme peut éprouver du désir avec la même irrésistible force, la même impatience qu'un homme ?» (p 177).
Avis : Une histoire vraie, racontée à l'auteure ? Qui sait ! Comment retrouver le goût de vivre, après tant et tant d'années de brimades, de désillusions et de solitude. Etre écouté(e)... certes pas facile. Ecrire... c'est possible...bien que l'on n'en sort pas indemne. La formule vous est fournie par l'auteure.
Citations : «La violence, la violence première, est d'abord celle que l'on se fait à soi-même» (p 33), «Je ne sais plus où j'ai lu que l'écriture d'un roman se situe au carrefour de l'imaginaire, de l'intuition et du réel. Le tout brassé, pressé, trituré par la puissance ou l'atonie délibérée du style» (p 95), «C'est à croire que la dignité des femmes se situe essentiellement, dans leur vagin. Les autres qualités allant de soi. Fidélité. Dévouement. Sacrifice. Exemple. Courage. Ah ! Ces mots fort respectables qui se tiennent droit !Ils se pavanent, salués et célébrés pat tous. Une vie de femme ne peut trouver de sens que dans le souci des autres et le sacrifice de soi » (p 104) , «Le visible et le caché. Deux socles sur lesquels repose la société. Ce qui ne se voit pas n'existe pas et ne peut donc pas être répréhensible» (p 125) , «La première violence est de s'arroger le droit de disposer de l'autre. Du corps de l'autre. Au nom d'une supériorité légitimée par la naissance, le sexe, l'argent, la position sociale ou encore par des lois humaines ou divines» (p 166), «Ecrire pour soi, écrire sur soi est une activité dangereuse. Il est trop dangereux de trop se rapprocher de soi» (p 170), «Un auteur de roman n'a pas de comptes à rendre à la réalité ou à la vraisemblance» (p 195)
Les survivants de l'oubli. Roman de Ouarda Baziz Cherifi. Editions Medias Index (Collection Plumes en herbe), Lieu d'édition non indiqué, 2018, 650 dinars, 178 pages.
Un conte de fée... à l'Algérienne. Tous les ingrédients sont là pour faire pleurer dans les chaumières, pour vouer aux gémonies le phénomène migratoire qui éloigne les personnes et les cœurs des racines et des familles. Heureusement, le hasard, la chance et l'amour jamais perdu des siens sont là pour remettre sur les rails le père perdu. Presque un conte de fée. C'est l'histoire d'un jeune homme d'une région isolée, perchée sur une crête ; un fils unique, fils de martyr, qui, confronté à la misère locale, laisse derrière lui la maman aimante et aimée, l'encore très jeune épouse amoureuse et deux enfants en bas âge pour s'en aller gagner sa vie (et, la vie de sa famille) outre-Méditerranée, en France. Il sera vite happé par sa nouvelle vie, difficile, dure et il sombrera même , un certain moment , dans la boisson et une vie de débauche, oubliant, peu à peu, d'où il est venu et ceux qu'il a laissés derrière lui.
Il rencontre, heureusement (?) , une belle et gentille jeune femme européenne qui l'épousera et le remettra dans le droit chemin, sans qu'elle ne sache quoi que ce soit de la vie antérieure de son compagnon. Une autre vie va alors commencer... heureuse et tranquille avec l'arrivée d'un garçon, alors que la famille originelle souffre de son absence et se voit obligée de travailler, encore plus durement, pour s'en sortir. La maman meurt de tristesse, l'épouse souffre en silence, et les deux enfants réussissent leur scolarité et leur vie. Et puis, un jour, plus de deux décennies après... Lui , devenu veuf, mais malade, allongé sur un lit d'hôpital, il rencontre un(e) médecin algérienne en stage en France... Qui ? Et, que va-t-il se passer ? Cela se terminera comme dans tous les contes de fée.
L'Auteure : Professeur de lettres anglaises. Poétesse... déjà auteure de deux recueils de poésie libre et de deux romans.
Extrait : «C'est au nom de l'amour que le pardon ramène, de nouveau, la vie, dans toute sa splendeur et sa profondeur» (p 174).
Avis : Un ouvrage assez modeste avec une histoire presque banale tant elle s'est, mille et une fois, répétée au sein de l'émigration algérienne... Mais, si simplement et si bien racontée !
Citations : «Tout rêve a son temps et tout comme le temps, les rêves ne sont pas éternels» (p 30), «Le solitude de l'exil enterre le cœur des hommes (p 67).
AU FIL DES JOURS :
1. Surprenante mais utile initiative du président guinéen, début janvier 2019, à l' endroit des ses ministres. Les chefs de départements sont appelés à informer les populations (et à discuter avec elles... sans tomber dans la «derdacha» tape-à-l'œil, et sans pour autant obligatoirement tenir compte des avis, ce que semble oublier bien de nos ministres) sur les stratégies, les programmes, les acquis et les défis à relever dans leurs domaines d'activité. Un accent sera mis sur le chemin parcouru, les résultats atteints et les perspectives, à court et moyen termes, afin d'évaluer l'action gouvernementale.
2. Les dix événements qui marqueront l'année 2019 selon «Les Echos.fr» : Brexit : ça passe ou ça casse : Etats-Unis/Chine : le choc des géants / Une nouvelle vague populiste redoutée au Parlement européen / En Inde, Modi veut arracher un deuxième mandat / Instabilité en Arabie saoudite et en Iran / Au Brésil, les cent premiers jours décisifs de Bolsonaro / Poutine continuera de pousser ses pions / Salvini devrait capitaliser sur sa popularité / La nouvelle ruée vers l'espace / Présidentielle en Algérie avec ou sans Bouteflika
3. Le FMI a révélé, récemment, que l'Economie mondiale n'a jamais enregistré autant de dettes depuis les années 1950. L'endettement global (public et privé) des 190 pays observés a atteint la somme de 184.000 milliards de dollars, à la fin de l'année 2017. C'est l'équivalent de 225 % du Produit Intérieur Brut (PIB) de ces quelque 200 pays. En moyenne, la dette mondiale dépasse, maintenant, 86.000 dollars par habitant, soit plus de 2 fois et demie le revenu moyen par habitant. Le secteur privé dont l'endettement a triplé, depuis 1950, constitue le moteur principal du gonflement de la dette mondiale. Au total, les trois principaux emprunteurs dans le monde - les Etats-Unis, la Chine et le Japon - représentent plus de la moitié de la dette mondiale, dépassant leur part de la production mondiale. Par zone géographique, les pays industrialisés constituent le gros de la troupe. Et les pays émergents ont vu leur endettement s'accroître.
4. La récente tentative de «coup d'Etat» par des militaires au Gabon, tentative qui a échoué, doit-elle surprendre ? A mon avis, non. Car entreprise par de jeunes soldats ne saisissant pas, au vu de leur façon de faire et surtout au vu des images diffusées lors de leur déclaration, l'importance de leur action. Une sorte de «harga» militaro-politique, suicidaire, due bien plus à une désespérance incontrôlée face à des situations n'ayant que trop duré. Un signe de changement des comportements des «jeunes» de l'armée ? En tout cas, un avertissement... adressé aux tenants des pouvoirs a-démocratiques.
5. Les principaux leaders (ou représentants) des parti (e)s de l'opposition qui avaient animé les conférences 1 et 2 de Mazafran, après l'élection présidentielle de 2014, se sont retrouvés, récemment, au grand complet ou presque. Mais , cette fois-ci, en banlieue… parisienne, à Saint Denis, sur le plateau de la chaîne islamiste ‘Al Magharibia', appartenant, dit-on, au fils de Abassi Madani. Nostalgiques et pugnaces, les animateurs de la chaîne islamiste ont tout tenté pour revenir sur l'arrêt du processus électoral, en janvier 1992, autour du thème générique, «27 ans après le coup d'Etat qu'est ce qui a changé en Algérie ?»... Tout un programme !
A noter que ces débats politiques, organisés dans les locaux d' ‘Al Magharibia', qui ont duré tout le week-end, l'ont été sur trois plateaux distincts, en Français, en arabe et en Tamazight.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.