Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rêve et la chaloupe
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 01 - 2019

Un conclave. Des intervenants. Des ateliers. Point à la ligne. Et pourtant il ne s'agit pas d'un film ni d'un quelconque best-seller. C'est en fait un roman tragique dont la trame de fond n'est qu'une réalité terrible et fatidique.
Un véritable drame. Les acteurs ne jouent pas de rôles. Ils sont le rôle et le font en temps réel par leurs personnes, leurs corps et leurs âmes.
La scène est un vaste territoire aux côtes généreuses. Le décor est planté de misères, de résignation et de beaucoup de colère. Les gens qui y sont ne sont que des êtres frêles à la silhouette bon enfant, au sourire absent et à la gueule de métèque. Pourtant ils sont bien de chez nous, ils sont notre progéniture, le produit de nos institutions, de nos écoles, de nos nouvelles mœurs. Le rêve qui nourrit les cavités creuses du dénuement qui les encadre, par les 100 locaux, les aides, l'emploi jeune s'avère insuffisant et peu convaincant pour qu'ils se laissent aller au gré d'un discours ou d'une promesse. Tous les pans scénarisés de la tragédie se trouvent scotchés dans le crâne de ces mômes, encore supposés inconscients mais décidés à braver tous les dangers. Rien n'est arrivé à faire disparaître l'angoisse de leurs tripes, ou freiner l'élan aventuriste et meurtrier de prendre le large. Ni l'alcool, trop cher, ni le diluant moins enivrant. La notion du prix du baril de pétrole demeure pour ces crânes une variante inconnue. Le jerrycan de mazout si. Ils le chérissent comme chérirait une maman son bébé. C'est un élément de vie ou de mort, avec d'autres dans la progression du voyage qu'ils comptent entreprendre au bout d'un monde qu'on ignore si l'on y arrive ou pas.
Ce monde qui se transmet par une boite cellulaire accrochée en permanence à l'oreillette vous déracine de votre désœuvrement quotidien, le temps d'un reportage, d'un feuilleton ou d'un journal, pour vous guider vers des rues bien agencées, du travail et de la joie de vivre. A tout ce qu'offre la tentation venue d'ailleurs, de la fenêtre ou du ouï-dire, viennent s'ajouter encore les dures conditions d'ici, d'aujourd'hui et de demain. Ces conditions où le chômage avec le logement et le mariage vont vous permettre de penser à lever les voiles vers un horizon qui vous parait certain et meilleur. Là, la tragédie commence par un air de fête. D'une main l'on prend la décision de partir, de l'autre l'on conserve comme dur le rêve d'y arriver. Ceci est un phénomène qui ne reste pas propre à un pays donné. Partir est devenu presque la première volonté par laquelle l'on tente d'attester une existence. C'est un acte destiné contre son propre sort. Ce sort dont se prévalent certains en charge de le modeler, le concevoir et le mettre en service ne doit pas être un sujet d'une ou deux journées tant qu'il s'agit là d'un destin d'une nation. C'est bien d'abord d'avoir y penser, c'est bien ensuite d'avoir à se plancher pour trouver des solutions, mais c'est malheureux de faire seul et en exclusivité le constat des causes et des motifs génésiaques. L'on ne peut guérir un « malade » si on le prend pour tel en le faisant absenter. L'on ne peut prescrire ou recommander des schémas de résolutions sans prendre en considération la profondeur du désastre. C'est aussi simple ; quand l'égalité sociale, la récompense du mérite, le respect du talent fuient la terre, la sienne, ne faudrait-il pas tenter le tout pour les suivre et goûter un tant soit peu leurs grâces et leurs vertus ? Si le pays est beau, sa terre si généreuse, son histoire si glorieuse ; il est cependant de ces hommes, de ces gouverneurs, de ces chefs qui vous font accroître le malheur et vous font prendre les pires déterminations.
La chaloupe. ils savent qu'ils sont honnis, vomis mais subsistent par la roublardise, l'esbroufe et l'escroquerie fonctionnelle. Il y a cependant certains de ces mêmes hommes affables, travailleurs, silencieux et sans fanfares, rares en soi, qui vous font aimer davantage ce pays et vous font penser que tout avenir est là, entre ses mains, dans ses espoirs, dans ses lendemains, dans son labeur, dans ses rêves et loin de tout rivage ou chaloupe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.