Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    BF : la descente aux enfers    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    Les douanes sont-elles des passoires?    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Santé: Les dépenses de soins jugées trop élevées
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 09 - 2021

Le citoyen algérien paye des dépenses des soins directes à hauteur de 97%. Des dépenses liées aux actes médicaux, aux analyses et autres prestations de santé qui ne sont couverts ni par les services
de la Sécurité sociale, ni par les assurances publiques ou privée ou les mutuelles.
Pourtant, la contribution globale des ménages aux dépenses de santé, ne doivent pas dépasser les 10%, selon les recommandations de l'OMS. Il est vrai qu'il n'y a pas beaucoup de pays qui ont atteint cet objectif, selon le professeur Ahcene Zehnati, expert en économie de santé et directeur de recherche au Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD). Mais, dit-il, si les dépenses ou la contribution des ménages dépasse les 40 %, là il y a un vrai problème et un grand risque d'appauvrissement, les citoyens dans ce cas vont peut-être renoncer aux soins, ou ils peuvent renoncer à la scolarité des enfants ou encore réduire considérablement les dépenses en habillement et en produits alimentaires. Lors d'une session de formation autour de «l'accès aux thérapies innovantes en Algérie : Etats des lieux et recommandations » organisée par les laboratoires Roche, au profit des journalistes, lundi dernier, le Pr Zehnati a présenté quelques données de cadrage sur le financement de la santé en Algérie.
Il a précisé, lors de son intervention, que le budget global alloué, en 2020, au secteur de la Santé s'élevait à 410 milliards de Da, soit le quatrième budget après la Défense nationale, l'Education et les Collectivités locales. Selon l'intervenant, certains pays consacrent moins de ressources et réalisent de meilleurs résultats sanitaires que notre pays. Il a été précisé que le financement des dépenses de santé est assuré par trois agents à savoir : l'Etat, la Sécurité sociale, et les ménages.
En 2018, la part de chaque agent était respectivement de 39,6%, 26,3%, et 34,1%. Le Pr Zehnati a précisé que depuis une décennie, la contribution des ménages dépasse celle de la Sécurité sociale, alors que la part des ménages ne dépassait pas 20% à la fin des années 80. Ces chiffres précise-t-il, « nous interpellent encore une fois sur la réalité du principe de la gratuité des soins et le statut de la santé en tant qu'un bien collectif ».
Les autorités du pays consacrent, par ailleurs, des ressources importantes dans le traitement et la prévention contre les cancers. Selon l'ex-ministre de la Santé, Mokhtar Hasbellaoui, un budget de 63 milliards de Da est alloué aux établissements de santé, pour l'acquisition des médicaments destinés au traitement du cancer, soit un taux de 59% du coût des acquisitions de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) en 2018, mais en dépit de cette enveloppe financière, la prise en charge des malades atteints du cancer n'est toujours pas à la hauteur des dépenses, ni des objectifs. Evoquant l'incidence financière des cancers, le Pr Zehnati, a affirmé que l'évaluation des pertes de production dues aux cancers est un exercice dans le contexte algérien caractérisé par un système d'information statistique et sanitaire assez fruste.
Et d'affirmer que selon une étude faite par lui-même en 2021, le cancer a généré des pertes de production au niveau des entreprises (arrêt de travail de 3 mois), de 16,1 millions de dollars en 2018. Sans parler du taux de mortalité élevé pour certains cancers en Algérie.
L'assurance maladie complémentaire doit avoir sa place
Le Pr Zehnati recommande l'accès aux thérapies innovantes qui réduisent les coûts d'hospitalisation, et les pertes financière dues aux arrêts de travail, notamment pour certaines maladies.
Il a tenu a préciser que selon une étude menée par IQVIA, en 2018, dans la région Moyen-Orient, Afrique du Nord et Turquie, et selon des données confirmées en Algérie, sur 78 traitements innovants couvrant différentes maladies, 33% seulement des produits sélectionnés sont disponibles en Algérie.
En ce qui concerne le lancement des produits après enregistrement, l'Algérie a les plus longs délais. En précisant que parmi les 16 innovations thérapeutiques dans la prise en charge du cancer du sein, seules 8 sont enregistrées en Algérie et seulement 4 sont disponibles. Les spécialistes recommandent le déblocage du financement des thérapies innovantes et d'autres traitements, à travers une loi contribuant à la prise en charge des patients dans le secteur privé. Avec notamment la contractualisation de la prise ne charge des cancers entre les organismes de la Sécurité sociale (CNAS, CASNOS) et les cliniques privées. Encourager la population algérienne à recourir à des assurances complémentaires privées pouvant couvrir la prise en charge de certaines maladies dites lourdes, tels que les cancers. La révision en urgence de la nomenclature et surtout une nouvelle tarification des actes médicaux de tous types. Il faut parallèlement, trouver des mécanismes innovants pour financer le système de santé, notamment en matière de taxes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.