Appel au prochain sommet africain à annuler la décision d'adhésion de l'entité sioniste à l'UA    Ronaldo mécontent contre un site qui a sous estimé sa valeur marchande    CAN 2021 : Les Comores consternés par les sanctions de la CAF    Deux militaires tombent au champ d'honneur sur la bande frontalière Hassi Tiririne à In Guezzam    Coronavirus: 1870 nouveaux cas,1055 guérisons et 6 décès    Championnat d'Algérie de jeux d'échecs: Benamar Sihem et Alaeddine Boularnes sacrés    L'Equipe, un quotidien sportif sous influence de la perfidie marocaine    Recueillement à la mémoire de Benhamouda à l'occasion du 25e anniversaire de son assassinat    Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso    Coupe du monde des clubs : un trio d'arbitre algériens retenu pour le rendez-vous des Emirats arabes unis    Drogue: plus de 6.700 toxicomanes pris en charge durant le 1er semestre 2021    Secousse tellurique de magnitude 3,7 à Médéa    Ces deux pistes qui font réfléchir Mehdi Zerkane    Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Une politique difficile à mettre en œuvre    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    L'Algérie envoie une troisième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    «Le pays est toujours ciblé»    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Opep et ses alliés maintiennent le cap
Face aux pressions des pays consommateurs
Publié dans Liberté le 27 - 11 - 2021

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (Opep+) montrent une résistance aux pressions exercées par les pays consommateurs, les Etats-Unis en tête, affirmant, selon Reuters, qu'ils "ne discutent pas actuellement d'une éventuelle suspension de l'augmentation prévue de leur production, malgré la décision de plusieurs pays de puiser dans leurs réserves stratégiques de brut".
L'alliance des producteurs a fait valoir que le marché "serait bientôt confronté à une nouvelle surabondance, malgré une remontée des cours". Certains analystes du marché ont, toutefois, suggéré, d'après l'agence d'information britannique, que l'alliance "pourrait marquer une pause dans ses augmentations après le recours aux réserves stratégiques des principaux pays consommateurs".
Néanmoins, personne ne sait quelle sera la décision de l'Opep+, à l'occasion de sa prochaine réunion, prévue jeudi 2 décembre. Tout en gardant un œil sur cette rencontre, les Etats-Unis continuent d'amplifier la mobilisation en faveur de la baisse des cours de l'or noir. Il faut dire que les Américains ne perdent pas de temps lorsqu'il s'agit d'une question urgente à traiter ; ils sont déjà passés à l'offensive, sortant même l'artillerie lourde, en utilisant 50 millions de barils de pétrole puisés dans leurs réserves stratégiques. Ce faisant, ils tenteront de faire plier l'Opep et ses partenaires. Cette initiative a été prise en concertation avec d'autres Etats gros consommateurs de pétrole, en particulier la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud ou encore le Royaume-Uni.
Ces derniers ont décidé donc de puiser dans leurs stocks après n'être pas parvenus à convaincre l'Opep de pomper davantage de brut, une mesure destinée à faire reculer les prix du pétrole. Pour certains analystes, l'Opep+ ne voit pas le sens de l'argument avancé par ces pays. Pour d'autres, dans un contexte d'incertitude économique, sanitaire et géopolitique, l'Opep et ses alliés ont raison de vouloir faire preuve de prudence. Ainsi, les discussions sont difficiles, parce que, dans le bras de fer qui oppose l'alliance des pays pétroliers et les pays consommateurs, confrontés à la cherté des prix de l'énergie, ce ne sont pas les producteurs qui contrôlent tout et possèdent la clé qui débloquera la situation. Hier, dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier reculait de 4,86% à 78,22 dollars, tandis que le baril américain de WTI, pour le même mois, perdait 5,40% à 73,89 dollars. Le pétrole baisse, en partie, en raison d'inquiétudes liées au nouveau variant du Covid-19, appelé pour le moment B.1.1.529, détecté en Afrique du Sud et à la hausse des cas de coronavirus en Europe.
Aujourd'hui, la propagation des cas de contamination par la Covid-19 en Europe — alors que la pandémie semble en partie sous contrôle aux Etats-Unis et en Chine — crée des incertitudes sur le niveau de la demande pétrolière mondiale. L'Opep+ fait ainsi face à une demande qui se reprend lentement et à une économie en difficulté. Une situation inéluctable ? Institutions financières et pays développés tentent, dans ce contexte de crise, d'en démêler l'écheveau, en soutenant des plans de relance, seul starter possible d'une économie grippée. Par ailleurs, les investisseurs restent à l'écoute de l'évolution des discussions autour de l'Iran, producteur historique de l'Opep écarté du marché depuis 2018. À quelques jours de la reprise des négociations sur le nucléaire avec l'Iran, l'ambiance est très tendue, de quoi éloigner la perspective d'une hausse prochaine des exportations pétrolières de Téhéran.

Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.